Category Archives: Culture

Promouvoir ce qui fait notre différence et cette richesse à partager

Une soirée de l’animation sur une chaîne nationale hertzienne

L’animation est un style peu représenté à la télévision en dehors des cases jeunesses. Pourtant, en France, nous organisons un des plus grand festival d’animation au monde, nous disposons d’écoles très reconnues dans le secteur (les Gobelins, SupinfoCom, la Poudrière, Emile Cohl) et une des personnes considérée comme l’inventeur de l’animation, Emile Cohl, est française. Afin de donner une visibilité plus importante à ce genre, le projet IMAGINE propose de réserver des cases horaires à forte audience pour faire mieux connaître ce style et aussi les talents français et internationaux dans ce domaine. Par exemple, une soirée de la semaine pourrait être entièrement réservée à la diffusion de courts et longs métrages d’animation, ainsi que de documentaires sur ce sujet. D’autres actions favorables à l’animation pourront être initiées avec l’aide du CITIA, organisatrice du festival d’animation d’Annecy.

Taxer les produits culturels d’occasion

Insérer une "taxe" droit d’auteur sur les produits culturel d’occasion afin que le/les auteurs soit bien rétribué sur ce type de vente. En effet, le bien culturel qui peut être distribué voit l’œuvre passer d’un utilisateur à l’autre, chacun bénéficiant de la connaissance du contenu de l’œuvre sans pour autant que l’auteur/maison d’édition puisse être rémunéré pour cela. Une taxe sur les produits culturels d’occasion devra être mise en place et devra toucher tous les types de vente de produits d’occasion, y compris sur des sites marchands de vente sur internet.

Des cours optionnels très culturels à l’école

La réforme de l’éducation proposée par le projet IMAGINE permet d’intégrer parmi les cours proposés à l’école des cours créatifs et culturel très diversifiés. Théâtre, court métrage, animation, musique, journalisme, sculpture, danse, chant, composition, opéra… sont autant de cours qui pourront être suivis sur le territoire français. Le choix dépendant évidemment de la disponibilité de personnes compétentes localement. Les élèves seront également amenés à donner des représentations publiques mais aussi à fournir du matériel audiovisuel à la chaîne jeunesse.

Refuser le traité ACTA

Tant que l’effort n’aura pas été fait internationalement en faveur des pays pauvres pour plus de justice et d’équité au niveau de la monnaie et de la valeur du travail, le projet IMAGINE juge scandaleux et complètement immorale un traité visant à défendre les intérêts des pays les plus riches et les plus développés. Le projet IMAGINE s’oppose donc férocement à ce traité et en aucun cas ne le ratifiera.

Prendre en compte la préparation

Le statut d’intermittent est censé palier deux spécificités des acteurs du domaine culturel. La précarité des emplois mais aussi le temps de préparation et de travail personnel. Ce dernier point doit être pris en compte dans le salaire horaire payé qui doit correspondre au temps de la prestation mais aussi le temps nécessaire à la réalisation de cette prestation. Par exemple une pièce de théâtre est payée par le ticket d’entrée pour la prestation mais ne prends pas en compte aujourd’hui les répétitions. Il faudra bien responsabiliser chacun sur ce point. Une réflexion sur les quotas d’heures nécessaires aux différentes prestations artistiques devra être menée, en prenant également en compte la motivation de chacun à travailler plus pour fournir un meilleur résultat qui lui doit être pris en compte en partie variable sur le succès auprès du public. Cet aspect spécifique du statut d’intermittent devra donc être encadré afin de ne plus jouer sur un système d’indemnités mais bien prouver que le coût horaire d’un emploi correspond à la prestation et à sa préparation.

Lutter contre la précarité des intermittents par l’action civique et la formation des jeunes

La culture devant intégrer de façon plus important la vie scolaire, de nouvelles possibilités de postes seront disponible aux acteurs de la culture pour fournir des formations aux jeunes. Ceci assurera pour certains d’entre eux un revenu stable. En cas d’offre de cours plus importante que la demande, les acteurs de la culture pourront être amenés à soutenir une action culturelle locale sous la direction de service de l’Etat, pour un salaire relativement plus faible que les salaires conventionnels mais assurant un niveau de vie suffisant ainsi qu’une disponibilité en cas de nouveau contrat.

Mise en place de système d’hébergement d’artistes

Dans le cadre de festival, un statut légal sera créé pour les familles hébergeant des artistes ainsi qu’une incitation à ce système qui permet à la population de rencontrer des acteurs de la culture tout en aidant les régions à faire découvrir et apprécier cette même culture. Ce système existe déjà dans de nombreux festivals qui hébergent les personnes chez les habitants. Le projet IMAGINE propose de promouvoir les festivals et les activités artistiques et culturelles et d’inciter les citoyens à s’investir.

Présence optimisée dans les médias

Les manifestations culturelles devront, autant que possible, avoir un espace de communication sur les grandes chaînes, en particulier nationale et publique, sans que cela ne leur coûte afin de faire connaître leur existence et les informations relatives. Le prix de la communication est souvent très élevé et pèse énormément sur le coût d’une telle manifestation. Une diffusion de publicité sur des entreprises privées pourra donner droit à un pourcentage de diffusion à l’organisme d’Etat chargé d’assurer la communication des évènements culturels.

Le piratage sur Internet : une plateforme nationale de visionnage

Il s’agit d’un vrai problème qui répond à un défaut de la société actuelle : l’impatience. L’existence même d’Internet a exacerbé ce défaut et aujourd’hui les personnes piratent des films pour deux raisons, l’indisponibilité des oeuvres sur le service payant et le prix trop élevé à payer. L’Etat Français a mis au point une loi HADOPI cherchant à pénaliser les personnes téléchargeant ces oeuvres piratées. Cependant, cette mesure logique reste injuste tant que l’indisponibilité et les prix ne sont pas des problèmes réglés. On a favorisé les compagnies productrices mais par les utilisateurs. Le projet IMAGINE propose de créer une plateforme nationale puis internationale de téléchargement légale et gérée par l’Etat. L’idée est de permettre la rentabilité des oeuvres et non pas l’enrichissement sans limite des sociétés productrices. Le projet IMAGINE propose donc de prendre en compte le coût de production du film, de la série. Le producteur renseigne donc le coût et rend disponible l’oeuvre sur la plateforme. Celui-ci est proposé à un prix relativement faible. Lorsque le coût de production du film est payé, le prix de visionnage est divisé par 2, puis lorsque le film a récupéré le double de son coût, il est accessible à un prix dérisoire (10 centimes). La plateforme permettrait, en l’absence de sous- titres officiels, à des volontaires de proposer des sous-titres. Un système de rétributions permettrait de payer ces personnes (un montant fixe partagé entre les traducteurs selon le nombre de visionnages pour chacun). Ainsi, les créations culturelles du monde entier pourraient être partagées. Un système simple de login/mot de passe permettrait de payer les oeuvres vues en validant chaque jour ou chaque semaine la liste des oeuvres visionnées. Dans le cas d’une contestation, une procédure judiciaire pourrait être menée pour la vérifier.

Show Buttons
Hide Buttons