Category Archives: Emploi

Une thématique importante de nos jours et à laquelle il faut apporter des solutions efficaces et pertinentes.

Création de grandes entreprises nationales jeunes

Autour du principe de Juniors entreprises, certains jeunes de toute la France seront invités à la création d’entreprises ou franchises nationales afin de peser de façon plus importante sur l’économie. Par exemple, des chaines de restaurants, des services de livraisons, de l’agriculture biologique dont les services pourraient suivre le client lors de ses déplacements, des chaînes de magasins tenus par des jeunes… pourront être soutenues par l’action conjuguée de nombreux jeunes actifs et ainsi permettre une force marketing conséquente, ce qui manque souvent aux jeunes entreprises.  Des contraintes sociale et solidaire pourraient être imposées à l’entreprise ainsi aidée.

L’expertise au service de l’activité

Des initiatives visant à promouvoir la consultation des seniors par les juniors seront créées afin que les jeunes reconnaissent la plus-value de l’expérience et le potentiel dont disposent les personnes plus âgées. Ainsi, en pré retraite ou en retraite, les seniors seront encouragés à conseiller ou travailler pour des juniors entreprises.

Le système de retraite anticipée

Attendre la retraite pour pouvoir profiter de la vie est parfois frustrant. Le projet IMAGINE propose que chaque individu, après 5 années de travail, puisse décider de prendre une année de retraite anticipée, décalant ainsi également son âge de départ à la retraite d’un an. Cet avantage pourrait être pris au maximum cinq fois dans sa vie. Une personne qui commencerait à travailler à 23 ans pourrait prendre une première année de retraite anticipée à 28 ans, puis, après un an, elle recommencerait à travailler à 29 ans et pourrait reprendre une année à 34 ans… Cette année pourrait être utilisée pour s’occuper des enfants, pour se reposer, pour monter un projet personnel… Dans le cas d’une personne voulant bénéficier de ce système pour monter un projet à but lucratif, elle pourrait « rembourser » le montant de sa préretraite pour ne pas décaler sa retraite d’une année.  D’autre part, une personne choisissant ce système n’aurait pas systématiquement la garantie de conserver son emploi. Cela devra être négocié avec l’employeur.

Les années d’action civique pré-retraite

En fin de vie active, chaque individu pourra utiliser le nombre d’années d’action civique non utilisé pour demander un emploi adapté à l’Etat. Cet emploi sera à temps partiel (au prorata du montant de la retraite par rapport au salaire normal correspondant à l’emploi) et correspondra au montant touché pendant la retraite, peut-être un peu plus. Il consistera en la formation de jeunes, dans la participation à la vie d’association, dans l’aide des juniors entreprises, dans des actions humanitaires…

Reconnaissance de la pénibilité

Certains emplois extrêmement difficiles pourront donner lieu à une augmentation du nombre d’années d’action civique possible comptant pour la cotisation en accord avec la médecine du travail. En particulier, le système de pension des militaires sera remplacé par un système donnant droit à une année d’action civique par année de service. Pour les métiers pénibles du privé, il pourra être instauré une taxe supplémentaire liée à la pénibilité. Comme toutes les autres taxes supplémentaires, le parlement choisira de les conserver ou non à chaque renouvellement de l’Assemblée Nationale.

Calculer en années de cotisation plutôt qu’en âge maximal de départ à la retraite

Le projet IMAGINE propose de permettre le départ à la retraite après 46 années de cotisations. Cependant les années d’études supérieures non redoublées, le service civil, les années de junior entreprise ou d’action dans l’humanitaire compteront dans les années de cotisation. Ainsi une personne ayant commencé ses années d’études supérieures à 19 ans, en ayant redoublé une fois, terminera sa vie active à 65 ans … ayant redoublé 1 fois il devrait partir à 66 ans mais comprenant 8 années d’action civique. Ainsi un cadre ingénieur qui a eu son bac à 18 ans et son  diplôme à 23 ans s’arrêtera à 64 ans (18+46).

Chaque personne disposera, parmi les 46 années, de 8 années d’ « action civique ». Les années de juniors entreprises, de formation ou de service civil sont déduites des années d’action civique ainsi que le temps de chômage. Si en fin de vie active la personne dispose encore d’années d’action civique, elle peut demander à l’Etat de lui proposer un emploi qui corresponde à ses attentes en terme de tâche. Cette mesure est prévue pour les personnes ayant un emploi difficile et n’ayant pas fait beaucoup d’études, pour qu’en fin de vie (ou en cours de vie – à définir), elle puisse bénéficier d’un emploi moins contraignant. Une personne ayant commencé à travailler à 18 ans pourra donc profiter d’un emploi plus adapté et rémunéré à partir de 56 ans.

Mettre en place des postes temporaires d’écrivains publics pour les jeunes

Pour arrondir les fins de mois des jeunes et aider les populations en difficulté pour remplir les formalités administratives, nous proposons aux étudiants qui disposeront d’une formation adéquate de participer à un effort civique comme écrivain public. (cf. programme Maxime Verner)

Faire de la jeunesse un dynamisme des zones rurales

Les zones urbaines attirent énormément les jeunes par la proximité des services qui les séduisent : concerts, culture, bars, vie nocturne… mais aussi une offre d’emplois importante. La conséquence de ce phénomène est une concentration de la population au détriment de la campagne. Si nous ne redonnons pas à la ruralité un charme qui séduise les jeunes, nous la condamnons.

Les initiatives jeunes, les services, la qualité de vie des zones rurales devront être repensée, améliorés pour apporter un réel dynamisme dans ces zones. En particulier, le projet IMAGINE propose des mesures pour permettre aux jeunes une vie nomade à l’intérieur de nos campagnes afin de découvrir le territoire français, d’apporter du changement et de la vie dans nos villages.

En particulier, certains réseaux de bars, restaurants ou autres services pourront être créés pour permettre aux personnes de basculer simplement de l’une vers l’autre, par un échange durable ou temporaire. Parallèlement, des initiatives de rencontre du type couchsurfing pourront être mises en place pour permettre aux jeunes de se rencontrer.

Repenser la rémunération en stage

Le stage est une partie de la formation. Ce n’est pas un travail réalisé par le jeune mais bien une expérience enrichissante qui doit lui permettre ensuite d’entrer dans le monde du travail.

Trouver un stage est souvent difficile. L’indemnisation du stage, la nature des tâches pouvant être demandées sont souvent des sujets qui suscitent la polémique. Le projet IMAGINE désire simplifier mais encadrer l’emploi de stagiaires et les possibilités de rémunération. En particulier le stage ne doit pas être une façon de prendre la place d’un recrutement (pas de stage successifs pour un même profil) mais bien une manière de former une personne tout en recevant une aide en terme de charge de travail en échange.

Nous proposons donc de limiter plus sérieusement les possibilités de recrutement de stagiaire en temps/homme selon les effectifs de la société dans le cas de stage payé un minimum mais également d’obliger les entreprises ayant un certain effectifs de recevoir un minimum de stagiaire. En outre, la société devra prendre en charge au minimum le logement et les frais de transport en commun du stagiaire. Les règles de rémunération feront l’objet d’une réflexion entre les acteurs mais devront prendre en compte la nature de la mission du stagiaire. En particulier, il faudra noter si le stagiaire possède déjà une expérience sur le poste (stage précédent, emploi étudiant…) ce qui aura pour effet d’augmenter l’indemnité minimale qu’il est susceptible de recevoir.

Les juniors entreprises

Ces structures, dont le nom reprend celui du système proposé par certaines grandes écoles, donnera aux jeunes la possibilité de créer leur propre entreprise en bénéficiant de facilités pendant les trois premières années.  La mesure consiste à assurer aux jeunes qui créent leur entreprise, un salaire minimum pendant trois ans sous forme de prêt à taux 0% ainsi que d’autres avantages (Local à disposition, espace publicité, bénéficier de l’aide de personnes d’expérience).

Show Buttons
Hide Buttons