Category Archives: Justice et Sécurité

Pour protéger la société que l’on construit

Une sortie de prison non obligatoire après avoir effectué sa peine

Le projet IMAGINE propose que la sortie de prison, après avoir effectué sa peine, soit acceptée par un jury compétent et anonyme et non pas obligatoire. En effet, la peine de prison est liée d’une part à la peine résultat de la responsabilité de l’acte criminel mais aussi à une réflexion sur soi-même pour ne pas répéter cette erreur une seconde fois. Il n’est donc pas justifié de laisser sortir une personne qui n’a pas changé et pourrait récidiver. Ainsi la sortie de prison définitive sera assujettie à la décision d’un jury. Le projet IMAGINE désire associer des citoyens, tirés au sort sur les listes électorales, aux juges d’application des peines pour les décisions de libération, finale ou conditionnelle. D’autre part, dans le cas où la décision du jury serait défavorable à une sortie de prison, par soucis de transparence, le résultat de cette décision et un droit de parole au jury et au prisonnier seront publié dans un journal.

Les sanctions sur les actions intolérables en prison

Les violences, propos racistes, maltraitance… ayant lieu en prison provoqueront une décision d’un jury pour sanctionner cette action. En particulier, une structure de prison très stricte recueillera les éléments qui ont enfreint les règles de vie en prison. Cette prison regroupera les prisonniers en cellule de petite taille. Ils disposeront de moins de visites autorisées et d’aucune possibilité de sortie pendant une durée déterminée. L’historique de ces problèmes sera connu du jury qui décidera de faire sortir ou non la personne de prison à la fin de la peine.

Lever l’insécurité juridique de certaines formes de consommation responsable

L’offre de consommation responsable défriche souvent de nouveaux besoins sociaux ou environnementaux. Il arrive dès lors souvent qu’elle bouscule le cadre législatif existant qui doit évoluer. Un flou juridique peut dès lors constituer un frein à son développement.(cf l’intégrale ESS)

Commissariat de proximité

Sous une forme proche de celle présente au Japon, le projet IMAGINE propose de créer des petits commissariats de proximité. Ces commissariats hébergeront un ou deux officiers de police en continuité, mais aussi une ou deux salles d’eau avec douche et WC accessibles pour une somme modique et permettant à ceux qui le souhaitent d’utiliser ces équipements. En outre ces commissariats seront combinés avec un parc à vélos surveillé afin de promouvoir ce moyen de transport. Les policiers en fonctions dans ces commissariats pourront également réaliser des tâches liées à des enquêtes. En particulier ils seront mis en contact immédiatement avec toute équipe qui enquêterait sur des personnes vivant dans le quartier. Les agents seront proches de la population et à leur écoute.

Recréer des Maisons Closes

Le métier de prostituée est un métier qui existera toujours. Certaines personnes exercent ce métier par volonté et par choix, d’autres par obligation. Souvent, celles qui en souffrent le plus et qui exercent dans des conditions déplorables appartiennent à la seconde catégorie. En situation irrégulière, maltraitée, sous le joug d’un(e) proxénète, elles endurent un quotidien très difficile et injuste.

Certaines personnes préconisent la pénalisation du client pour combattre ce qu’elles désignent comme un fléau alors que certaines prostituées se défendent d’aimer leur métier. Le projet IMAGINE propose de remettre en place un système de maison close afin de permettre aux prostituées de travailler dans des conditions décentes, en sécurité et de façon contrôlée. En particulier, un système de fichier proche de celui utilisé à l’entrée des casinos pourra être mis en place à l’entrée des maisons closes doublé d’un suivi médical des clients afin de vérifier qu’ils n’ont pas de maladies sexuellement transmissibles. Les clients violents ou ayant eu des comportements particulier pourront ainsi être identifiés. Elles disposeront également d’une reconnaissance pour le droit à la retraite, à la protection santé…

Dès l’instant où ce système de maisons closes est en place, la pénalisation du client ou de la prostitution en dehors de ce cadre légal peut devenir justifiée.

Action civique de voisinage

Chaque habitant d’un quartier entre 16 et 65 ans (à définir) devra donner une partie de son temps (1 ou 2 heures par mois ou par 2 mois) pour partager l’activité de la cellule de police locale. En particulier cela permettra aux policiers locaux de mieux connaître les différentes personnes et de tisser des liens. Ces heures gratuites seront obligatoires ou donneront lieu au paiement d’une petite participation financière (50EUR par exemple).

Pour les jeunes récidivistes

Le projet IMAGINE propose l’intégration obligatoire en internat militaire. Les frais d’internat sont évidemment aux frais de l’Etat. Cette mesure pourra s’appliquer également aux enfants d’origine étrangère (à réfléchir). Chaque fin d’année, une évaluation de l’enfant sera faite pour indiquer s’il est devenu davantage responsable et sage. Des activités culturelles et des sorties seront également proposées au cours de l’année. Changer l’attitude de jeunes récidivistes est une action qui prend du temps mais indispensable pour éviter d’autres problèmes dans le futur.

Show Buttons
Hide Buttons