Category Archives: Programme pour les législatives

De nombreuses propositions innovantes pour redéfinir le quotidien en France.

Calculer en années de cotisation plutôt qu’en âge maximal de départ à la retraite

Le projet IMAGINE propose de permettre le départ à la retraite après 46 années de cotisations. Cependant les années d’études supérieures non redoublées, le service civil, les années de junior entreprise ou d’action dans l’humanitaire compteront dans les années de cotisation. Ainsi une personne ayant commencé ses années d’études supérieures à 19 ans, en ayant redoublé une fois, terminera sa vie active à 65 ans … ayant redoublé 1 fois il devrait partir à 66 ans mais comprenant 8 années d’action civique. Ainsi un cadre ingénieur qui a eu son bac à 18 ans et son  diplôme à 23 ans s’arrêtera à 64 ans (18+46).

Chaque personne disposera, parmi les 46 années, de 8 années d’ « action civique ». Les années de juniors entreprises, de formation ou de service civil sont déduites des années d’action civique ainsi que le temps de chômage. Si en fin de vie active la personne dispose encore d’années d’action civique, elle peut demander à l’Etat de lui proposer un emploi qui corresponde à ses attentes en terme de tâche. Cette mesure est prévue pour les personnes ayant un emploi difficile et n’ayant pas fait beaucoup d’études, pour qu’en fin de vie (ou en cours de vie – à définir), elle puisse bénéficier d’un emploi moins contraignant. Une personne ayant commencé à travailler à 18 ans pourra donc profiter d’un emploi plus adapté et rémunéré à partir de 56 ans.

Cultiver l’innovation chez les jeunes

Il n’y a pas d’âge pour avoir des idées, mais il y a un âge pour avoir les moyens de les réaliser. Malheureusement les jeunes sont parfois pleins d’idées mais ne disposent pas des vecteurs pour les réaliser ni de moyen pour les exprimer. Les jeunes seront invités à suivre des cours d’innovation mais aussi profiterons de l’écoute de professionnels qui pourront choisir de réaliser leurs idées. L’argent récolté en tant que brevet junior sera placé pour être en partie investi dans les projets du ou des jeunes à l’initiative de l’idée. Une autre partie sera utilisée pour financer les actions de l’Etat en matière d’innovation et d’éducation.

Une bourse aux rêves

Dans le cadre d’un concours, les jeunes indiqueront les rêves qu’ils désirent vivre. Les entreprises et les citoyens seront invités à financer une bourse. Chaque assemblée locale de jeunes votera pour décider des 10 rêves qui leur semblent les plus importants parmi les rêves provenant d’une autre région, et de façon anonyme. Une fois que chaque assemblée aura choisi les rêves qu’elle préfère, elle devra choisir 5 rêves parmi les 10 choisis par une autre assemblée locale, puis elle devra choisir 2 rêves parmi les 5 choisis par une autre assemblée locale. Enfin, les rêves choisis, une fois budgétés, seront soumis à un vote de l’ensemble des assemblées de jeunes et à un vote de l’assemblée nationale ou chambre des représentants. Le rêve arrivé en tête dans chacune des assemblées sera réalisé. Le vote continuera jusqu’à avoir dépensé le budget récolté. (Inspiré d’une proposition de Maxime Verner)

Régler les problèmes de contrôle à l’entrée des boites de nuit

Les contrôles à l’entrée des boîtes de nuit semblent parfois discriminatoires pour certains groupes de la population. Des contrôles publics devront être effectués plus régulièrement et avec des amendes conséquentes dans les établissements afin de s’assurer qu’il n’est fait aucune discrimination entre les personnes. Un numéro vert sera créé à cet effet pour notifier les services de contrôle d’une politique injuste à l’entrée d’une boîte de nuit. En parallèle, un fichier de noms sera créé, de façon similaire à celui utilisé par les casinos, pour identifier les personnes ayant créé des problèmes à  l’intérieur des discothèques ou surprises en état d’ivresse au volant et étant interdites d’entrée dans les lieux de vie nocturnes pendant une certaine durée. Ceci afin de donner une information réelle que certains disent attribuer aujourd’hui au faciès.

Instaurer une visite médicale obligatoire à l’entrée dans l’enseignement supérieur

Il est important de permettre aux jeunes de s’assurer de leur bonne santé. Ce sera également une opportunité qui leur est offerte de faire des tests de MST. L’entrée dans l’enseignement supérieur vient avec les responsabilités grandissantes du jeune. Cette visite pourra également donner suite à un suivi personnalisé des jeunes qui informeront le médecin de faiblesses suite à une discussion avec lui. Plus qu’une simple formalité, il s’agit de répondre aux questions du jeune qui veut entrer dans la vie avec toutes les chances. Des aides pour arrêter de fumer par exemple (mesure inspirée par Maxime Verner).

Désacraliser et lutter contre les drogues

Les drogues sont un fléau pour notre jeunesse. Les raisons principales sont le côté « interdit », le mal être, ou les personnes facilement influençables… Avec le projet IMAGINE nous espérons que le bien être reviendra dans la société ainsi que certaines valeurs qui ne donneront pas envie de se droguer. En outre la réforme monétaire, complètement virtuelle, devrait réduire la consommation de drogues. En plus de ces mesures, le projet IMAGINE propose de présenter les drogues de façon scientifique et claire aux enfants mais aussi de montrer les conséquences sur la santé, sur l’économie et le budget des foyers qui consomment des drogues et sur les autres aspects néfastes des addictions. Des discours de jeunes ayant souffert de la drogue pourront être faits. Des campagnes de publicités seront également faites sur la télévision jeune. Le projet IMAGINE, c’est vivre mieux. Le projet ne peut accepter des drogues qui nuisent à la santé mais ne peut pas non plus aller contre la liberté individuelle. Cependant, les personnes touchant à la drogue ne pourront bénéficier de certaines mesures bénéfiques du projet sans s’engager à obtenir de l’aide et à arrêter, à moyen terme, toute consommation de drogue. Ce sera le cas du concept de Junior entreprise, d’aide à l’obtention du permis de conduire…

Sensibiliser les jeunes au préservatif, aux moyens de contraception et au dépistage

Attraper une MST lorsque l’on est jeune, c’est souvent un problème que l’on traîne le reste de sa vie. Les conséquences d’une décision hâtive peuvent être catastrophiques. Parfois par manque de courage, par naïveté, par ignorance les jeunes prennent un risque qu’ils ne calculent pas. De façon pédagogique et responsable, le sujet de la contraception et des risques doivent être traités. C’est une des fonctions du cours de réflexion. D’autre part, l’accès aux moyens de contraception devra être développé. Le dépistage chez les jeunes devra également être incité pour bien leur faire prendre conscience qu’il n’y a pas d’âge pour attraper une MST.

L’accès à la culture pour les jeunes

Les jeunes devront être encouragés à être consommateur et acteur de culture. Des initiations à la culture, à la compréhension du patrimoine, des ateliers, des discussions en classe de réflexion sur la culture doivent inciter le jeune à s’intéresser à ce domaine essentiel de notre quotidien. Les musées devront d’ailleurs être pensés, en partie, pour la jeunesse. Les jeunes disposeront également de tickets gratuits pour aller dans certains cinémas, concerts qui présenteront un label culture. (Mesure inspirée par Maxime Verner)

Se replacer dans l’histoire pour mieux la comprendre

Apprendre par coeur l’histoire et comprendre les enjeux des décisions, l’atmosphère de l’époque… sont deux choses différentes. Si la première est importante pour connaître les bases de notre propre histoire, la seconde révèle à l’individu des éléments plus personnels et parfois plus pertinents. Nous proposons que des exercices de rédaction, des ateliers de reconstitution permettent aux enfants de s’imaginer dans l’époque étudiée. Des exercices d’écriture de lettres pourront être réalisés en coopération avec des classes d’autres pays pour s’immerger dans la peau d’un personnage de l’époque tout en échangeant avec une autre personne de façon ludique (proposition inspirée par Maxime Verner).

Show Buttons
Hide Buttons