Category Archives: Programme pour les législatives

De nombreuses propositions innovantes pour redéfinir le quotidien en France.

Permettre aux élus de parrainer plusieurs candidats

L’étape du parrainage est là pour empêcher les projets ou candidats peu sérieux de se présenter. Le rôle de l’élu, en tant que représentant du peuple, est bien de prendre en compte le sérieux du programme proposé et/ou du candidat. C’est la pertinence de ce projet/candidat qui doit être jugé pour permettre sa présence à l’élection dans le cas d’un suffrage universel du peuple. Ceci évitera également que les grands partis monopolisent les parrainages des élus.

Autoriser le mariage homosexuel

Le mariage civil est une institution visant à former un cadre légal permettant de reconnaitre l’amour entre deux individus et leur choix de partager leur vie. Les personnes se prononçant contre le mariage homosexuel font souvent valoir l’aspect « non naturel » de la chose. Cependant la nature montre parfois que deux animaux de même sexe peuvent s’apprécier sexuellement.  En outre, par ce refus, elles se prononcent contre un bonheur potentiel entre deux individus pour leur propre satisfaction sans pour autant être concernées. En leur interdisant le mariage, les homosexuels peuvent se sentir écarté de la société.  Il ne s’agit pas de valeurs allant à l’encontre de notre culture ouverte d’esprit défendant l’égalité et la liberté. L’homosexualité existe depuis bien longtemps et c’est aussi une vision dictée par les religions qui cherche à interdire l’homosexualité. L’État étant laïc, il ne s’attache pas à répondre aux lignes directrices des religions.

C’est pourquoi le projet IMAGINE propose d’autoriser le mariage homosexuel.

Mutualiser les expériences et bonnes pratiques d’indicateurs territorialisés de richesse et sociaux impliquant les acteurs de l’ESS

Les territoires s’intéressent aussi aux indicateurs à même de mieux analyser leur santé économique, sociale et écologique. La Région Nord Pas de Calais, par exemple, expérimente des outils comme l’IDH (indice de développement humain), l’empreinte écologique, l’indicateur de santé sociale ou encore le BIP 40 (sur les inégalités et la pauvreté). La Région Ile-de-France travaille un baromètre de qualité de vie et de bien-être, le Grand Lyon sur un indice de développement humain adapté, etc. De fait, les acteurs de l’ESS participent lorsqu’ils ne sont pas partie prenante active à l’élaboration et à la mise en place d’indicateurs sociétaux de bien-être territorialisés (PEKEA) en Bretagne ou d’indicateurs de cohésion sociale (Conseil de l’Europe). Construits avec les citoyens et différentes parties prenantes des territoires, les indicateurs locaux de bien-être et de cohésion sociale deviennent un outil de construction de territoires responsable, pluriel et solidaire. Tout l’intérêt de ces expérimentations est qu’elles visent à expérimenter la construction collective du progrès social à partir de processus participatifs plutôt que d’une agrégation de préférences individuelles révélées par sondages. L’implication des acteurs de l’ESS dans ces démarches est loin d’être anodine bien qu’elle soit à amplifier pour plusieurs raisons. D’abord parce que les conceptions globales du progrès ne sont pas sans incidence sur l’évaluation locale des performances des entreprises à un moment où l’ESS est de plus en plus sommée de faire la démonstration de l’utilité sociale de son activité. Ensuite parce qu’intégrant une part importante de travail militant et bénévole dans la production de biens et services, l’ESS est un lieu d’expérimentation d’autres conceptions de la richesse et d’exploration des possibilités et des limites d’une comptabilisation des ressources non monétaires. Enfin, l’ESS, ne se fondant pas son activité sur la rémunération du capital, mais sur l’élaboration et la perpétuation de patrimoines collectifs, elle est vecteur de nouvelles mutualisations des richesses immatérielles et de production de bien commun non dérivé d’une simple poursuite des intérêts individuels.

Une maquette de la ville

Nous proposons de mettre en place, dans les mairies ou un lieu associé, une maquette de la ville qui contiendrait les maquettes de toutes les constructions de la ville. Cette maquette, en plus d’être une représentation de la ville, serait un outil matériel pour envisager les nouvelles constructions. En particulier, chaque nouvelle construction obligerait à fabriquer la maquette correspondante avant d’avoir l’aval du responsable local, afin que celui-ci puisse bien identifier la contribution du nouveau bâtiment dans le paysage existant. Il serait possible d’utiliser une maquette 3D sur ordinateur à la place.

Un nouveau contrat de génération

Contrairement à certaines propositions qui consisteraient à aider les entreprises qui embaucheraient des jeunes et possédant des séniors, nous proposons d’aider les juniors entreprises en leur permettant de bénéficier de l’expérience de séniors sans emploi, dont le salaire est assuré par l’état si les bénéfices de l’entreprise n’étaient pas suffisants.

Garde à vue

Si le crime est contesté par la personne arrêtée et après avoir donné sa déposition, à moins que la police ait un besoin de maintenir la personne sur place en vue de recherche immédiate rapide (dans ce cas garde à vue max 24H extensible si un mensonge est décelé dans la déclaration), la personne est relâchée et l’affaire fera l’objet d’une enquête. Si la personne conteste et se dit innocente, un avocat devra intervenir pour valider le rapport et bien faire comprendre à la personne le risque encouru par une fausse déclaration. Pour toute personne s’affirmant coupable de tout ou partie des actes illégaux, elle pourra demander la présence d’un avocat pour la signature des aveux.

Show Buttons
Hide Buttons