Category Archives: réforme monétaire

La proposition principale du projet Imagine pour un monde plus juste

Le salaire minimum de vie

Une fois la taxe soustraite du salaire brut, le restant peut être inférieur au salaire minimum de vie, qui est voté chaque période par l’assemblée. Si le salaire de la personne est inférieur au salaire minimum de vie, il est relevé pour atteindre ce montant. La différence entre le salaire net et le salaire minimum de vie est retranchée des salaires les plus élevés de cette période. Cela correspond à la solidarité des riches envers les pauvres. Cependant, si l’entreprise du salarié avait décidé de ne pas utiliser tous ses fonds pour payer ses employés, c’est d’abord le montant qu’elle possède en « épargne » qui est utilisé pour compléter les salaires. Les hauts salaires de l’entreprise peuvent aussi être mis à contributions jusqu’à une certaine limite à définir.

Exemple: Si le salaire minimum de rentabilité est de 1000€, la taxe unique de 20%, le salaire de vie de 1000€, une épargne de 100€ dans l’entreprise de 2 personnes. Un employé ayant gagné 1000€ et le directeur 2000€, et une autre personne, celle ayant eu le salaire le plus haut de la période, de 160 000 € net. Après impôt l’employé touche 800€, ce qui est de 200€ inférieur au salaire minimum de vie. Les 100€ d’épargne sont alors directement donné à l’employé et les 100€ qui manquent encore sont pris sur le salaire de 160 000€. L’employé touche donc 1000€, le directeur conserve ses 2000€ et la personne ayant eu le salaire le plus élevé se retrouve à 159 900 €.

Objectif : L’augmentation du salaire de vie ne modifie pas le prix des services et produit. D’autre part ce sont les plus riches, qui sont taxés en proportion autant que les plus modestes, qui participent par solidarité à la qualité de vie de l’ensemble de la population. La plupart des hauts salaires correspondent à des emplois de masses, c’est-à-dire énormément de gens et donc, on peut leur demander une somme modique affecté à leur salaire (Total, joueur de foot professionnel, grande distributions…). Le peuple étant à l’origine de leur service, service qui n’a pas été calculé par rapport à l’effort mais par rapport à la demande, il n’est pas anormal que ces personnes soient celles qui participent à l’effort.

La taxe unique

Le système contient, à chaque début de période, après imposition, la masse monétaire suivante : M=nombre d’actifs*salaire moyen. L’état injecte dans le système durant chaque période un montant E pour payer les fonctionnaires et les actions qu’il mène. A la fin d’une période, pour qu’au début de la période suivante le montant soit toujours identique (à nombre d’actifs constant), il doit prélever un impôt équivalent à 1-M/(M+E).
Si l’on prend les données actuelles, considérons un budget à 550 Milliards pour un salaire moyen à 2700EUR et 28 millions d’actifs en France. L’impôt unique serait donc de 1-(2 700*28 000 000)/ (2 700*28 000 000 + 550 000 000 000 / 12 )=38%. La taxe unique serait donc proche de 40% pour chaque individu, mais il n’y aurait plus de TVA, plus de cotisations patronales… Cette évaluation ne prend pas en considération le fait que la dette sera nettement diminuée et que les intérêts n’existeront plus.
L’emploi n’est plus taxé au niveau de sa création, la fiscalité est largement simplifiée et l’impôt est juste. Ceci devrait favoriser la création de l’emploi et les initiatives de création de sociétés.

Les taxes spéciales

Elles sont mises en place pour limiter certaines habitudes, comme la taxe sur le tabac, l’essence… Elles sont propres à chaque mandat de l’assemblée qui décide de reconduire ou non les taxes existantes ou d’en appliquer de nouvelles. Chaque candidat doit, lors de sa campagne, indiquer précisément les taxes existantes qu’il abrogera et celles qu’il reconduira. Ces engagements compteront pour le vote initial.

La réduction de la dette

La mise en place du système, s’il est accepté par des pays comme les USA, la Chine ou d’autre, permet de rembourser les emprunts avec un taux à 0% et une grande partie peut être annulée en échange de la mise en place du système. En effet, le versement du montant de la dette rééquilibrerait la valeur de la monnaie aujourd’hui sous-évaluée.

Show Buttons
Hide Buttons