Category Archives: Seniors et retraites

Un ensemble de proposition visant à améliorer la dernière période de la vie de chacun

L’expertise au service de l’activité

Des initiatives visant à promouvoir la consultation des seniors par les juniors seront créées afin que les jeunes reconnaissent la plus-value de l’expérience et le potentiel dont disposent les personnes plus âgées. Ainsi, en pré retraite ou en retraite, les seniors seront encouragés à conseiller ou travailler pour des juniors entreprises.

Rendre possible des activités de rencontre et de partage entre seniors

Rencontrer  de nouvelles personnes n’est pas facile et c’est souvent une raison invoquée par les personnes âgée pour ne pas changer de lieu de vie à la retraite. Des revenus faibles sont une autre raison. Nous proposons aux seniors de bénéficier d’un système de voyage proche de celui proposé pour les jeunes dans les zones rurales. Chaque personne âgée pourra, avec d’autres, prendre la décision de voyager en France en s’échangeant les maisons, avec le soutien logistique de l’Etat, et en rencontrant dans les différents endroits des personnes qui comme eux, ont choisi de bouger pour une période donnée, et désire rencontrer d’autres personnes. Le tourisme local s’en trouvera favorisé puisque de nouvelles personnes arrivant, elles auront envie de visiter la région. D’autre part, le courage de visiter est souvent plus facile pour les seniors lorsque le voyage est fait à plusieurs et encadré.

Organiser et favoriser la participation aux actions associatives avant le départ à la retraite

Le passage de l’activité à la retraite peut être une discontinuité difficile à vivre pour certains. Commencer à s’impliquer avant le départ à la retraite dans des associations ou activités locales peut permettre de mieux le vivre. C’est en partie le but des années de préretraite pour faire des actions civiques et compléter le temps restant avec des activités associatives.

Pour le conjoint au foyer

Dans le cas d’un couple marié ou pacsé, si l’un des deux est mentionné comme une personne au foyer, les cotisations d’années pour la retraite de l’un compte pour les deux. Par contre, le montant du salaire pris en compte pour le calcul de la retraite est de 60% du salaire de celui qui travaille pour ce dernier et 40% pour le second. Dans le cas où le choix serait fait de donner une retraite identique à tous, la personne qui travaille paierait une surtaxe pour permettre à son conjoint de bénéficier de la retraite. En cas de séparation, les montants acquis sont conservés par chacun pour la durée de vie commune.

Cependant le Projet IMAGINE propose également de considérer les années de femme au foyer comme des années civiques.

Utiliser son capital de succession

Certaines personnes propriétaires et à la retraite n’ont pas beaucoup de ressources financières et désireraient profiter davantage de leur retraite. L’Etat leur proposera d’augmenter leur retraite mensuelle en hypothéquant sur la moitié de la valeur de leur bien immobilier à 0%. Le montant ainsi versé sera récupéré intégralement sur la vente du bien après le décès de la personne. Ceci permet à la personne de rester chez elle tout en bénéficiant du capital représenté par ce bien pour améliorer sa vie. Par contre ce système ne sera pas prioritaire face aux avancées de frais de santé prises sur les biens personnels.

Les années d’action civique pré-retraite

En fin de vie active, chaque individu pourra utiliser le nombre d’années d’action civique non utilisé pour demander un emploi adapté à l’Etat. Cet emploi sera à temps partiel (au prorata du montant de la retraite par rapport au salaire normal correspondant à l’emploi) et correspondra au montant touché pendant la retraite, peut-être un peu plus. Il consistera en la formation de jeunes, dans la participation à la vie d’association, dans l’aide des juniors entreprises, dans des actions humanitaires…

Reconnaissance de la pénibilité

Certains emplois extrêmement difficiles pourront donner lieu à une augmentation du nombre d’années d’action civique possible comptant pour la cotisation en accord avec la médecine du travail. En particulier, le système de pension des militaires sera remplacé par un système donnant droit à une année d’action civique par année de service. Pour les métiers pénibles du privé, il pourra être instauré une taxe supplémentaire liée à la pénibilité. Comme toutes les autres taxes supplémentaires, le parlement choisira de les conserver ou non à chaque renouvellement de l’Assemblée Nationale.

Calcul de la retraite

Le nombre d’années utilisées pour calculer la retraite sera augmenté (par exemple les 25 meilleures années c’est ce qui existe actuellement dans la privé) pour une question de justice vis-à-vis des cotisations. Une réflexion sera menée pour étudier le concept d’une retraite égale pour chacun, les différences se faisant par un système compensatoire de capitalisation.

Calculer en années de cotisation plutôt qu’en âge maximal de départ à la retraite

Le projet IMAGINE propose de permettre le départ à la retraite après 46 années de cotisations. Cependant les années d’études supérieures non redoublées, le service civil, les années de junior entreprise ou d’action dans l’humanitaire compteront dans les années de cotisation. Ainsi une personne ayant commencé ses années d’études supérieures à 19 ans, en ayant redoublé une fois, terminera sa vie active à 65 ans … ayant redoublé 1 fois il devrait partir à 66 ans mais comprenant 8 années d’action civique. Ainsi un cadre ingénieur qui a eu son bac à 18 ans et son  diplôme à 23 ans s’arrêtera à 64 ans (18+46).

Chaque personne disposera, parmi les 46 années, de 8 années d’ « action civique ». Les années de juniors entreprises, de formation ou de service civil sont déduites des années d’action civique ainsi que le temps de chômage. Si en fin de vie active la personne dispose encore d’années d’action civique, elle peut demander à l’Etat de lui proposer un emploi qui corresponde à ses attentes en terme de tâche. Cette mesure est prévue pour les personnes ayant un emploi difficile et n’ayant pas fait beaucoup d’études, pour qu’en fin de vie (ou en cours de vie – à définir), elle puisse bénéficier d’un emploi moins contraignant. Une personne ayant commencé à travailler à 18 ans pourra donc profiter d’un emploi plus adapté et rémunéré à partir de 56 ans.

Soutenir les activités culturelles intergénérationnelles

Apprendre des aînés, partager, dynamiser. L’association d’adultes avec les enfants autour de projets culturels peut être source de création, de lien social, dans le respect de chacun. Des initiatives locales existent déjà mais on pourra inciter chaque génération à participer davantage. En particulier, il faut insuffler l’état d’esprit qui pousse à l’échange et à la rencontre.

Show Buttons
Hide Buttons