Category Archives: Solidarité et Partage

Etre là pour ceux qui veulent s’en sortir

Créer un dispositif pour garantir une protection aux personnes qui désirent offrir leur aide aux plus démunis

Beaucoup de personnes seraient prêtes à offrir leur toit ou un repas à des plus démunis s’ils avaient la certitude que ces personnes ne pourraient pas trahir leur confiance. Mais aujourd’hui en cas de problème, les démarches administratives et judiciaires pour obtenir réparation peuvent être longues, coûteuses et inefficaces. Le projet IMAGINE propose de créer un contrat entre la personne aidée, la personne aidante et l’Etat. Ceci afin de responsabiliser chacun, de donner un cadre légal à l’assistance fournie et d’avoir des moyens de répressions rapides et efficaces en cas de problème. Il faut que les personnes qui accordent leur confiance à d’autres soient le moins souvent déçues. Dans les pays où les personnes n’ont rien, elles donnent facilement leur confiance car elles n’ont rien à perdre. C’est aussi parce que dans les sociétés plus riches nous avons accumulés des biens que cela peut attiser la convoitise des plus pauvres. Un système plus juste devrait réduire le sentiment de jalousie mais un cadre légal et sérieux incitera les personnes à accepter de partager une chambre, un logement, un repas plus facilement.

Développer les circuits courts solidaires

Les circuits courts solidaires permettent de mettre en lien direct producteurs et consom’acteurs à travers une véritable approche de développement durable :

  • gain environnemental : faible transport et limitation des émissions de CO2, faible gaspillage par le préachat des productions, moins de conditionnements et emballages, productions locales de saison, etc.
  • lien social : relations de proximité entre producteurs et consommateurs, dynamisation du territoire, engagement citoyen et solidaire (emploi de personnes en difficulté par une partie des maraîchers).
  • Efficacité économique : coût abordable pour le consommateur, réduction du nombre d’intermédiaires, meilleur partage de la valeur, meilleure rémunération de l’acte de production pour l’agriculteur, etc.

Les dernières Assises de l’Agriculture comme le Grenelle de l’environnement ont pris position en faveur de leur développés pour toucher aujourd’hui des dizaines (voire des centaines) de milliers de personnes.

Dans les villes, la demande est déjà largement supérieure à l’offre. Mais le développement d’une offre de circuits courts solidaires à la hauteur de la demande doit se faire dans des conditions écologiques (bio, proximité, production de saison…) et sociales satisfaisantes pour le producteur maraîcher. Si les premières sont souvent remplies, les secondes ne le sont pas forcément (salaire proche du Smic, peu de vacances, pénibilité physique…).

Il faut développer de nouveaux outils pour améliorer ces conditions sociales : mise à disposition de foncier péri-urbain pour l’agriculture biologique, regroupement de maraîchers en coopératives, mise sur pied de plateformes de distribution, aides accrues à l’installation et à la production de bio, etc.

Show Buttons
Hide Buttons