Donner la parole aux jeunes

Les jeunes disposeront de la possibilité d’avoir un rendez-vous mensuel avec le président et/ou le premier ministre et/ou le ministre de la jeunesse et les ministres qu’ils souhaiteront (selon leurs disponibilités).

Ces jeunes seront choisis parmi :

  • les représentants des jeunes des grands groupes politiques  Les groupes politiques concernés seront ceux qui auront obtenu au moins 5% des sièges à l’assemblée.
  • des porte paroles pour les groupements de jeunes réunis par secteur géographique.
  • pour des jeunes sélectionnés au hasard

Une assemblée constituante

L’assemblée nationale issue des élections législatives de 2012 deviendra assemblée constituante et travaillera entre autre à l’élaboration de deux constitutions. La première devra respecter les axes proposés par le projet IMAGINE qui aura reçu la confiance du peuple lors des présidentielles, la seconde sera rédigée librement par les députés. Enfin, si des intellectuels français désirent se regrouper pour concevoir une troisième proposition de constitution, ils en auront la possibilité avec l’aval du président. Une fois les deux ou trois constitutions élaborées, un référendum citoyen aura lieu pour choisir parmi les constitutions. Le projet ayant obtenu le plus grand nombre de voix et plus de 60% des suffrages sera choisi comme nouvelle constitution. Si aucun projet n’obtient 60%, deux nouvelles propositions devront être élaborées et cette fois-ci les citoyens auront le choix de voter pour conserver la constitution actuelle. Une fois une nouvelle constitution adoptée, de nouvelles élections seront organisées afin de définir les représentants du peuple correspondant au nouveau mode de fonctionnement. Le gouvernement et le président passeront alors le pouvoir.

Réfléchir à l’interdiction de vente d’arme à l’étranger (ou pour certains pays)

La vente d’arme représente un chiffre d’affaire élevé pour la France ( 9% du commerce international de vente d’armes, en 4ème position). La guerre est contraire aux principes du projet IMAGINE mais conserver une force de défense est une nécessité. Si nous ne vendons pas nos armes, d’autres les vendront à notre place et nous mettrons en difficultés notre propre industrie militaire. Mais si les raisons économiques justifient cette décision, nous pourrions y perdre nos valeurs d’éthique et de morale.

D’un autre côté, nos connaissances et notre expertise peuvent également permettre à des pays démocratique en paix de protéger leurs citoyens en cas de problème. En vendant des armes à un pays nous devons bien prendre en compte que nous devenons responsables de l’usage qui est fait de ces armes.  La transparence des contrats et des clauses liés à l’utilisation faite des armes pourraient être une des mesures relatives à la vente d’arme et des sanctions pourraient être prises dans le cas d’un non-respect de ces clauses.

Evaluation des grandes mesures étatiques incitatives ou taxatives avant et après application

Des études seront menées par des experts pour évaluer le bien fondé des mesures incitatives ou taxatives aux privés. Ces taxations spéciales par rapport au nouveau système monétaire seront propres à chaque élection de chambre des représentants et de conseil présidentiel et devront être prolongées ou abrogées selon un vote de première session en cas de nouvelle élection.

Budget des régions réfléchi davantage en fonction d’une politique de développement plutôt que du nombre d’habitant

Basé le développement d’une région sur le nombre d’habitants invite malheureusement à développer les régions les plus peuplés au détriment des régions moins peuplés, cultivant ainsi le manque et inversement la profusion. La politique de logement social en région parisienne est souvent pointée du doigt, de même que le projet du Grand Paris cherche à faciliter les accès autour de Paris afin, à terme, d’inciter les personnes à rejoindre Paris en facilitant les temps de trajet. Ceci alors que des régions pleines de charmes sont désertes pour cause de manque d’activité, manque de culture, manque de dynamisme. Cependant le dynamisme est aussi une conséquence de la politique de l’état qui semble depuis des années avoir incité la création de grands pôles en région parisienne. Le Projet IMAGINE suggère de changer cette façon de faire en développant le territoire de manière plus équilibrée et ainsi réduire les différences entre régions.

Les directeurs régionaux européens

Leur fonction serait d’assurer la synergie des circonscriptions, d’être en charge des projets multi-circonscriptions mais aussi des projets européens qui ont été décidés dans leur région. Ils n’ont pas de pouvoir de vote mais disposent, comme les députés, d’un pouvoir de proposition de loi ou de projet au Parlement Européen. Ce sont principalement des chefs de projet locaux qui appliquent la politique européenne. Ils sont élus pour une durée de 10 ans et sont soumis au vote de révocation.

Organisation de séminaire public de réflexion

Dans les régions, des réunions seront tenues afin de débattre localement sur un sujet. Les citoyens seront invités à venir et apporter leurs idées. Calqués sur le concept d’université d’été organisé par les partis politiques, il s’agit dans ce cas, de supprimer l’association parti politique et débat tout en respectant les orientations de chacun. La démocratie appartiendra ainsi davantage au peuple et les conclusions issues de ces débats seront communiqués aux élus, libre ensuite d’y donner suite ou non.

Le vote blanc

Le vote blanc sera comptabilisé comme suffrage exprimé, indiquant un choix citoyen signifiant le refus des candidats proposés. Si aucun candidat n’arrive à obtenir la majorité (60% lors de la première élection), une nouvelle élection aura alors lieu avec de nouveaux candidats. Pour cette élection, la majorité sera à 50% mais si la personne ayant reçu entre 50 et 60% des voix fait un score inférieur au meilleur score de la première élection, ce sera le candidat de la première élection qui sera élu. Dans le cas où aucun candidat des deux premières élections n’a obtenu 50% des voix, une troisième et dernière élection a lieu avec de nouveaux candidats. Une fois les votes dépouillés, c’est le candidat ayant obtenu le plus de voix au cours des 3 élections qui est élu. Le coût des élections est payé par le corps électoral votant pour cette élection.

Les ministres européens

Chaque pays possèderait un ministre de L’Europe qui serait responsable de la politique de son pays au niveau de L’Europe. Il a un pouvoir législatif, de proposition de loi ou de projet et il reçoit les demandes propres des représentants de son pays. Il tient informé le conseil présidentiel des décisions européennes. Il vit à Bruxelles et travaille en coordination avec les autres ministres européens. Les ministres européens travaillent conjointement avec les autres ministres impliqués dans les projets envisagés.
Le vote du ministre européen étant indépendant du vote du conseil présidentiel et du Président, il est relativement indépendant dans ses choix mais doit accepter de défendre les projets qui seraient votés par la chambre des représentants et le conseil présidentiel.

Permettre aux élus de parrainer plusieurs candidats

L’étape du parrainage est là pour empêcher les projets ou candidats peu sérieux de se présenter. Le rôle de l’élu, en tant que représentant du peuple, est bien de prendre en compte le sérieux du programme proposé et/ou du candidat. C’est la pertinence de ce projet/candidat qui doit être jugé pour permettre sa présence à l’élection dans le cas d’un suffrage universel du peuple. Ceci évitera également que les grands partis monopolisent les parrainages des élus.

Show Buttons
Hide Buttons