Développer le fret ferroviaire et maritime à voile.

Un projet de ligne ferroviaire à grande vitesse pour traverser le centre de la France et rejoindre Paris et Toulouse sera étudié afin de permettre le développement des régions du centre. Une réflexion sur une optimisation du fret ferroviaire sera engagée. Des projets de grands bateaux à voile seront entrepris afin de fournir une alternative aux bateaux à moteur qui transportent de la marchandise.

Nucléaire

Le projet IMAGINE s’engage vers la dénucléarisation quasi-complète de l’armement dans un délai de 10 ans. Il s’engage sur la diminution du parc de centrales nucléaires pour arriver à un objectif d’une seule centrale dès que les autres systèmes de production seront suffisants. L’objectif est de conserver un savoir-faire, des connaissances et une application de recherche. En particulier continuer la recherche sur des réacteurs de nouvelle génération, car ne connaissant pas les évolutions futures. En outre des recherches seront menées sur le retraitement des déchets nucléaires.

Co-voiturage et voitures libre-service

Ces initiatives ne sont pas nouvelles. Elles permettent de limiter les coûts de transports, réduire la pollution, indirectement réduire les temps de transport en limitant la congestion du trafic, inciter au partage et améliorer le tissu social. Cependant ces solutions ne sont pas assez globales pour des raisons légales, administratives ou de moyens. En effet, pour plus d’efficacité et de présence, ces initiatives nécessitent des budgets importants. Le projet IMAGINE propose donc de donner les moyens à ces initiatives pour se développer. Une proposition du projet est la suivante : créer un parc immense de voitures libre-service en se servant des voitures déjà existantes. Grâce à un système électronique/informatique associé à un boîtier situé à l’extérieur de la voiture et fonctionnant avec une carte, chaque usager pourra utiliser la voiture. La carte indique au conducteur s’il y a déjà un conducteur ou permet d’ouvrir la voiture si celle-ci est libre. Le conducteur paye alors un forfait minimum au kilomètre/ ou à la minute / ou à la consommation d’essence pour l’essence et l’assurance et la voiture. Il peut à tout moment s’arrêter pour prendre un voyageur qui insérera sa carte, indiquant son identité, et qui partagera les frais du trajet. Les personnes voulant conserver un usage personnel de leur voiture actuel pourront utiliser le système pour payer leur essence mais les usagers ne pourront ouvrir la voiture avec leur carte. Ceux qui le désirent pourront échanger leur voiture contre du crédit à utiliser dans le système.

Diminuer la consommation d’énergie

Notre société doit trouver les moyens de baisser énormément la consommation d’énergie à moyen terme. En particulier en termes d’éclairage et de chauffage. En particulier, l’idée de remplacer les voitures par un parc électrique équivalent n’est pas une solution écologique acceptable dans le sens où la fabrication de batteries polluantes et la production d’électricité liée à un mode de transport individuel ne sont pas des solutions intelligentes.

Le vélo dans notre société

La place du vélo (ou des véhicules non motorisés) doit être repensée. Le vélo aujourd’hui connaît deux soucis qui limitent énormément son usage. La présence importante des véhicules motorisés, polluants et dangereux pour les cyclistes, et la détérioration ou vol de vélos. Le premier problème sera grandement réduit par la mesure précédente mais aussi par la politique visant à faire des villes au moins 30% de zones piétonnes en 5 ans et 50% de zones piétonnes en 10 ans. Le second problème sera réglé par les commissariats de quartiers situés à proximité des parcs à vélos et assurant leur surveillance ainsi que la politique de l’état invitant au respect et à la tolérance.

Show Buttons
Hide Buttons