Cultiver l’innovation chez les jeunes

Il n’y a pas d’âge pour avoir des idées, mais il y a un âge pour avoir les moyens de les réaliser. Malheureusement les jeunes sont parfois pleins d’idées mais ne disposent pas des vecteurs pour les réaliser ni de moyen pour les exprimer. Les jeunes seront invités à suivre des cours d’innovation mais aussi profiterons de l’écoute de professionnels qui pourront choisir de réaliser leurs idées. L’argent récolté en tant que brevet junior sera placé pour être en partie investi dans les projets du ou des jeunes à l’initiative de l’idée. Une autre partie sera utilisée pour financer les actions de l’Etat en matière d’innovation et d’éducation.

Sensibiliser les jeunes au préservatif, aux moyens de contraception et au dépistage

Attraper une MST lorsque l’on est jeune, c’est souvent un problème que l’on traîne le reste de sa vie. Les conséquences d’une décision hâtive peuvent être catastrophiques. Parfois par manque de courage, par naïveté, par ignorance les jeunes prennent un risque qu’ils ne calculent pas. De façon pédagogique et responsable, le sujet de la contraception et des risques doivent être traités. C’est une des fonctions du cours de réflexion. D’autre part, l’accès aux moyens de contraception devra être développé. Le dépistage chez les jeunes devra également être incité pour bien leur faire prendre conscience qu’il n’y a pas d’âge pour attraper une MST.

L’accès à la culture pour les jeunes

Les jeunes devront être encouragés à être consommateur et acteur de culture. Des initiations à la culture, à la compréhension du patrimoine, des ateliers, des discussions en classe de réflexion sur la culture doivent inciter le jeune à s’intéresser à ce domaine essentiel de notre quotidien. Les musées devront d’ailleurs être pensés, en partie, pour la jeunesse. Les jeunes disposeront également de tickets gratuits pour aller dans certains cinémas, concerts qui présenteront un label culture. (Mesure inspirée par Maxime Verner)

Se replacer dans l’histoire pour mieux la comprendre

Apprendre par coeur l’histoire et comprendre les enjeux des décisions, l’atmosphère de l’époque… sont deux choses différentes. Si la première est importante pour connaître les bases de notre propre histoire, la seconde révèle à l’individu des éléments plus personnels et parfois plus pertinents. Nous proposons que des exercices de rédaction, des ateliers de reconstitution permettent aux enfants de s’imaginer dans l’époque étudiée. Des exercices d’écriture de lettres pourront être réalisés en coopération avec des classes d’autres pays pour s’immerger dans la peau d’un personnage de l’époque tout en échangeant avec une autre personne de façon ludique (proposition inspirée par Maxime Verner).

Créer un livret de compétences

Comme préconisé dans la réforme de l’éducation, chaque enfant aura en partie un parcours personnalisé. A un instant précis, grâce au livret de compétence, l’ensemble de ses compétences sera connu. Il pourra alors recevoir des informations adaptées sur les différentes orientations qui sont disponibles selon ses compétences. Il pourrait y avoir un livret par cycle. (cf. programme Maxime Verner)

Une immersion plus importante dans le monde du travail

Les stages font partie intégrante de la formation des jeunes. C’est la mise en pratique de la théorie acquise et une période qui permet de tester son désir de travailler dans le secteur choisi.

Former les jeunes est une responsabilité des entreprises qui doivent, dans la mesure du possible, proposer des places aux jeunes. Les stages devront être obligatoires chaque année, en particulier dans les cursus universitaires. Des stages autour d’un projet Jeune (regroupement de jeune dans l’objectif de fonder une activité, sponsorisée ou non par des entreprises qui préfèrent investir dans ce modèle plutôt que dans la formation au sein de leur entreprise) pourraient également remplacer le stage en entreprise classique, dans un esprit d’entreprenariat.

L’organisation des cours optionnels

Chaque élève est rattaché à un établissement pour ses cours obligatoires. Les cours obligatoires notés sont dispensés le matin, sur 4 ou 5 jours. Les matières optionnelles sont dispensées l’après-midi et au cours d’une journée dédiée aux matières optionnelles (en particulier pour permettre l’insertion en entreprise pour certains cours). Cette journée pourrait être le mercredi ou le jeudi. Les élèves auront la pause de midi afin de manger puis des bus circulant entre les établissements leur permettront de rejoindre l’établissement où se déroule leur cours optionnel. Au moment de leur choix, les élèves devront choisir les options de manière à ce qu’elles soient regroupées dans un même établissement pour une même après-midi. De plus, certains cours obligatoires Réflexion pourront avoir lieu en fin de journée, en particulier pour favoriser les échanges entre personnes provenant d’établissements différents.

Show Buttons
Hide Buttons