Fin de vie de la Junior entreprise

Trois ans après la création, les membres ont plusieurs options :

  • Les membres peuvent transformer l’entreprise en entreprise classique, en y réintégrant tous les membres déjà présents. Les membres qui n’ont pas bénéficié de l’ensemble des trois années d’aides peuvent soit réintégrer une autre junior entreprise, soit conserver ce quota pour en bénéficier à nouveau dans les 5 années suivantes et avant 30 ans.
  • Les membres peuvent décider de détruire la société. Les personnes qui le souhaitent peuvent alors, individuellement, réutiliser ce qui a été produit par l’entreprise pendant son existence, soit au sein d’une autre Junior entreprise ou d’une nouvelle s’ils disposent encore de temps, soit au sein d’une autre entreprise.

Nature des cours optionnels

Les possibilités dépendent, dans une zone géographique, de l’offre disponible. Par contre, les thèmes possibles doivent être très variés : du classique déjà présent dans l’enseignement (SVT, Physique, Histoire, Géographie, Sport…) mais aussi de la nouveauté (Cuisine, Construction, Sculpture, Chant, Danse, Théâtre, Restauration, Musique, Archéologie…). Certains professionnels seront d’ailleurs invités à proposer des cours, assistés alors parfois par des enseignants (en particulier pour les jeunes en dessous de 15 ans). Car c’est aussi notre responsabilité de former nos jeunes. En les faisant participer à la société, nous les responsabilisons et ajoutons de la fraîcheur dans notre quotidien.

Un nouveau contrat de génération

Contrairement à certaines propositions qui consisteraient à aider les entreprises qui embaucheraient des jeunes et possédant des séniors, nous proposons d’aider les juniors entreprises en leur permettant de bénéficier de l’expérience de séniors sans emploi, dont le salaire est assuré par l’état si les bénéfices de l’entreprise n’étaient pas suffisants.

Durée et validation des cours optionnels

Chaque cours optionnel dure un semestre et la note obtenue ou appréciation ne compte que pour les acceptations sur dossier dans les filières post bac. Le professeur a toutefois le droit de refuser de valider le cours pour raison d’absence ou autre mais l’élève peut alors demander à passer un examen noté pour valider ses acquis.

Réforme de l’enseignement des langues

L’enseignement des langues semble énormément porter sur le perfectionnement et la rigueur des règles ce qui parfois rebute des élèves. La priorité première sera la compréhension et les moyens de se faire comprendre dans la langue, même si cela est fait de façon approximative afin de permettre à chacun de pouvoir communiquer un minimum, même si la personne fait des fautes. Ce niveau devra être suffisant pour avoir la moyenne dans la matière. Par contre, les cours avancés, optionnels, de niveau 2 et plus, exigeront de l’enfant plus de rigueur dans son expression orale et écrite.

Le niveau général d’un thème

Un élève obtient un niveau dans un thème s’il a validé trois sujets de ce thème. Par exemple un élève ayant validé le niveau 1 de Histoire de l’Egypte, le niveau 1 de l’Histoire de France et le niveau 1 de l’histoire de l’Amérique précolombienne obtiendra le niveau 1 en Histoire ce qui lui permet de choisir n’importe quel cours optionnel Histoire niveau 2.

Renforcer l’autorité du professeur

Autorité du professeur au travers de l’autorité du surveillant qui lui peut avoir une action directe sur l’élève. Le professeur devra avoir par ailleurs une liberté de répression plus importante sur l’élève, sans avoir à subir des remontrances de la part des parents. L’enfant est aujourd’hui conscient qu’il dispose d’une protection très importante et que le professeur n’a que peu de pouvoir sur lui. Cette situation devra être corrigée afin de redonner une réelle autorité au professeur.

Show Buttons
Hide Buttons