Organiser et favoriser la participation aux actions associatives avant le départ à la retraite

Le passage de l’activité à la retraite peut être une discontinuité difficile à vivre pour certains. Commencer à s’impliquer avant le départ à la retraite dans des associations ou activités locales peut permettre de mieux le vivre. C’est en partie le but des années de préretraite pour faire des actions civiques et compléter le temps restant avec des activités associatives.

Pour le conjoint au foyer

Dans le cas d’un couple marié ou pacsé, si l’un des deux est mentionné comme une personne au foyer, les cotisations d’années pour la retraite de l’un compte pour les deux. Par contre, le montant du salaire pris en compte pour le calcul de la retraite est de 60% du salaire de celui qui travaille pour ce dernier et 40% pour le second. Dans le cas où le choix serait fait de donner une retraite identique à tous, la personne qui travaille paierait une surtaxe pour permettre à son conjoint de bénéficier de la retraite. En cas de séparation, les montants acquis sont conservés par chacun pour la durée de vie commune.

Cependant le Projet IMAGINE propose également de considérer les années de femme au foyer comme des années civiques.

Utiliser son capital de succession

Certaines personnes propriétaires et à la retraite n’ont pas beaucoup de ressources financières et désireraient profiter davantage de leur retraite. L’Etat leur proposera d’augmenter leur retraite mensuelle en hypothéquant sur la moitié de la valeur de leur bien immobilier à 0%. Le montant ainsi versé sera récupéré intégralement sur la vente du bien après le décès de la personne. Ceci permet à la personne de rester chez elle tout en bénéficiant du capital représenté par ce bien pour améliorer sa vie. Par contre ce système ne sera pas prioritaire face aux avancées de frais de santé prises sur les biens personnels.

Le système de retraite anticipée

Attendre la retraite pour pouvoir profiter de la vie est parfois frustrant. Le projet IMAGINE propose que chaque individu, après 5 années de travail, puisse décider de prendre une année de retraite anticipée, décalant ainsi également son âge de départ à la retraite d’un an. Cet avantage pourrait être pris au maximum cinq fois dans sa vie. Une personne qui commencerait à travailler à 23 ans pourrait prendre une première année de retraite anticipée à 28 ans, puis, après un an, elle recommencerait à travailler à 29 ans et pourrait reprendre une année à 34 ans… Cette année pourrait être utilisée pour s’occuper des enfants, pour se reposer, pour monter un projet personnel… Dans le cas d’une personne voulant bénéficier de ce système pour monter un projet à but lucratif, elle pourrait « rembourser » le montant de sa préretraite pour ne pas décaler sa retraite d’une année.  D’autre part, une personne choisissant ce système n’aurait pas systématiquement la garantie de conserver son emploi. Cela devra être négocié avec l’employeur.

Reconnaissance de la pénibilité

Certains emplois extrêmement difficiles pourront donner lieu à une augmentation du nombre d’années d’action civique possible comptant pour la cotisation en accord avec la médecine du travail. En particulier, le système de pension des militaires sera remplacé par un système donnant droit à une année d’action civique par année de service. Pour les métiers pénibles du privé, il pourra être instauré une taxe supplémentaire liée à la pénibilité. Comme toutes les autres taxes supplémentaires, le parlement choisira de les conserver ou non à chaque renouvellement de l’Assemblée Nationale.

Show Buttons
Hide Buttons