Faciliter les procédures d’adoption

Le projet IMAGINE propose d’assouplir et de raccourcir les démarches d’adoptions d’enfants. De nombreux parents partent aujourd’hui à l’étranger pour adopter faute de pouvoir le faire en France ou afin de raccourcir les délais. Des réflexions devront être menées pour optimiser, accélérer les adoptions mais aussi, afin de protéger les enfants, de pouvoir retirer la garde en cas de problème de façon rapide. Car si l’adoption correspond à la volonté d’un adulte de devenir parent une première ou une nouvelle fois, c’est avant tout l’intérêt de l’enfant qu’il faut protéger.

Redonner un sens civique à la vie des seniors

Le départ à la retraite signifie parfois dans notre culture que le temps est venu de profiter du temps qui reste pour le temps de travail que l’on a fait, ou que l’on est trop vieux pour travailler. Mais c’est aussi implicitement dire que la société n’a plus besoin de nous. Ne pas donner un sens actif à la vie après la retraite peut mener à la dépression et à une sous-estime de soi. Ce n’est pas le cas de tous heureusement mais certains en sont victimes. Nous proposons donc de réfléchir à une nouvelle articulation du concept de retraite pour que les personnes conservent un sentiment d’utilité et que la société les reconnaisse.

Un système homogène de calcul des salaires

La réforme monétaire proposée par le projet imagine empêche toute forme d’inflation ou de déflation à moyen ou long terme. Il est possible alors de donner une échelle de salaires qui ne dépend plus de la date. Nous proposons de définir le salaire d’un individu salarié comme la somme de différentes composantes.
Salaire = PFC + PVC*PFC +PVB*B+PA avec :

  • PFC = Partie fixe liée au coefficient. Chaque emploi correspond à des responsabilités donnant droit à un salaire plus ou moins élevé dans l’entreprise. Chaque niveau de responsabilités correspond à un coefficient qui définit la partie fixe du salaire. L’action de monter en échelon correspond à monter en coefficient. Chaque société disposera d’une grille de coefficients qui définit la liste des responsabilités pouvant être attribuées dans la société et le coefficient correspondant. Les salaires doivent croître avec le coefficient mais peuvent être différents selon la société. Un minimum peut être imposé par la convention collective mais une entreprise peut ne pas choisir d’entrer dans la convention collective si elle respecte d’autres règles d’équité entre employés et employeur.
  • PVC = Partie variable sur la PFC. Le chiffre compris entre 0 et 20% correspond à une partie variable indiquant la différence de compétence des personnes sur un même poste/coefficient. Il peut être réévalué tous les mois selon le choix de l’employeur.
  • B = la part de bénéfice redistribué aux employés
  • PVB = Part variable sur B. Il s’agit d’un revenu lié à la part reversée aux salariés et à l’employeur sur la part des bénéfices de la société non réinvestis B. Cette part est proportionnelle à (PFC+PVC*PFC) mais est limitée à 10 (à définir) fois la part la plus faible de l’entreprise.
  • PA = Prime à l’ancienneté définie selon une grille connue et identique pour tous les employés de l’entreprise. Elle ne peut être réévaluée à la baisse.

Ce système définit de nouvelles règles :

  • Les protections sociales (indemnités congés maladie, chômage, retraite…) sont calculés sur la PFC. En effet une personne qui ne travaille pas ne pourrait être valorisée pour ses compétences ou son ancienneté par rapport à une autre
  • Le salaire peut être réduit en utilisant la part variable à tout moment. En particulier, l’employeur aura moins de raisons, à compétences égales, de choisir de moins payer une femme puisque le coût du risque est maîtrisable grâce au paramètre de la part variable
  • La partie B doit être au moins égale à 10% des bénéfices faits.
  • Lorsqu’un employé est licencié, sa part variable est calculée sur la moyenne de la part bénéfice faite l’année suivant son licenciement.

Justice simplifiée suite à aveux

Pour certains types de crime, si les aveux indiquent la responsabilité de la personne sur l’ensemble des faits et que ces faits sont mineurs, la personne pourra effectuer sa peine (amende) directement et éviter de se présenter au tribunal. Cependant les policiers sont libres de mener l’enquête sur les faits si jamais un élément ne leur paraît par clair et peuvent exiger une présentation au tribunal pour un réexamen.

Redonner confiance aux hommes

Le manque de confiance est un drame qui touche de plus en plus de personnes. Ce n’est pas tant que nous ne faisons plus confiance, mais c’est que la société semble émettre l’idée qu’il ne faille pas faire confiance, que le risque est trop souvent présent. La méfiance semble être prônée comme l’attitude à adopter de base. Le projet IMAGINE ne peut concevoir que les hommes accordent plus de confiance à la méfiance qu’à leurs confrères et consoeurs. Le projet IMAGINE propose de mener une réflexion sur les moyens à mettre en oeuvre pour que la confiance revienne.

Donner la possibilité aux employés de changer le statut de leur entreprise

Le projet IMAGINE, contre l’idée de faire de l’argent avec de l’argent et avec sa réforme monétaire, propose aux salariés d’ entreprises dont la majorité des actions sont détenus par des personnes ne travaillant pas dans la société, de pouvoir passer d’un système d’actions à un système d’investissement remboursable. CAinsi, la valeur des actions d’une entreprise pourra être calculée et correspondre à un prêt remboursable à 0% par l’entreprise. Les dividendes deviendraient des remboursements de prêts et le pouvoir de décision serait partagé dans un premier temps entre les salariés et les investisseurs. Cette proposition n’est valable que dans le système monétaire IMAGINE mais peut être adapté au système existant.

Prisons de cohésion sociale

Des prisons de cohésion sociale proposent des activités artistiques aux détenus qui ont bien réagi à leur peine (acceptation de leur responsabilité et prise de conscience). Ne pas respecter l’infrastructure prive la personne responsable de ce statut et elle sera transférée dans une prison sans objectif de cohésion, plus stricte.

Diffuser des « boîtes à outil » auprès des acteurs du monde du travail

Elaborer des outils opérationnels qui proposent une réponse à tout type de situation notamment sur les démarches de prévention et d’action contre la souffrance au travail. Ils s’adresseraient en priorité aux PME qui sont, faute de moyens humains et financiers, victimes du manque de prévention. De leur côté, les managers pourraient prendre conscience, par des évaluations, de l’impact qu’ils peuvent avoir sur leurs collaborateurs. Pour l’usage des NTIC, il faudrait ainsi promouvoir un temps de déconnexion passé un certain temps.

Protéger le mineur du tabac, de l’alcool et des drogues

Il sera strictement interdit de proposer une cigarette à un mineur ou de l’inciter à fumer/ boire. En particulier les cigarettes et l’alcool seront interdits à l’école (hors cantine) et dans un périmètre donné autour d’établissement qui accueille des jeunes. En particulier, les professeurs, les CPE et les parents d’élèves ne devront pas s’afficher en train de fumer devant les élèves et un espace à l’abri des regards devra être mis en place pour accueillir les fumeurs.

Show Buttons
Hide Buttons