Pour les jeunes récidivistes

Le projet IMAGINE propose l’intégration obligatoire en internat militaire. Les frais d’internat sont évidemment aux frais de l’Etat. Cette mesure pourra s’appliquer également aux enfants d’origine étrangère (à réfléchir). Chaque fin d’année, une évaluation de l’enfant sera faite pour indiquer s’il est devenu davantage responsable et sage. Des activités culturelles et des sorties seront également proposées au cours de l’année. Changer l’attitude de jeunes récidivistes est une action qui prend du temps mais indispensable pour éviter d’autres problèmes dans le futur.

Améliorer l’efficacité de la lutte contre les violences à l’égard des femmes

Intégrer systématiquement dans la formation initiale et continue des magistrats, médecins, professionnels de santé, travailleurs sociaux, policiers et gendarmes la question de la lutte contre les violences à l’égard des femmes. En outre, il faut que l’Etat garantisse à la femme victime de violences conjugales le droit au logement avec ses enfants le temps de trouver une solution adéquate.

Désignation de l’expert en assurances par l’État

Aujourd’hui, en cas de mise en cause de l’assurance, cette dernière envoi un expert pour vérifier ou justifier les remboursements. Le projet IMAGINE propose que cet expert soit désigné par l’état ou un tiers sans rapport avec l’assurance afin de ne pas avoir de compte à rendre à cette dernière.

Emploi à vie

Selon les études, et à la fin de la scolarité (ou à partir d’un certain âge), la personne se voit attribuer un poste à vie, attribué par l’état. Un salaire minimum est attribué selon le poste attribué mais selon les résultats obtenus, une prime de résultat peut être attribué en supplément selon une règle proportionnelle lié à l’enveloppe attribué à cet effet nationalement. Le chômage serait supprimé et remplacé par ce poste. Pour la différence de salaire, chacun pourrait cotiser à des assurances privés ou épargner individuellement.

Chacun peut également faire la demande pour changer de type d’emploi à vie. Après un ou plusieurs entretien à l’issue positive, la personne pourra rejoindre le poste désiré. Il ne deviendra « poste garantie » qu’a partir de 2 ans continus dans le poste et au moins l’appréciation positive du dernier superviseur qui aura suivi la personne au moins 1 an.

La caution

La caution est un problème important, surtout pour les jeunes. Pourtant c’est une conséquence des problèmes rencontrés par les bailleurs qui s’assurent ainsi de ne pas tout perdre. Avec le système proposé par le projet IMAGINE, l’Etat se porte garant et aura les moyens de récupérer les sommes auprès des individus, la caution pourra donc être réduite, voire inexistante. Ceci devrait simplifier énormément les difficultés d’accès aux logements

Le piratage sur Internet : une plateforme nationale de visionnage

Il s’agit d’un vrai problème qui répond à un défaut de la société actuelle : l’impatience. L’existence même d’Internet a exacerbé ce défaut et aujourd’hui les personnes piratent des films pour deux raisons, l’indisponibilité des oeuvres sur le service payant et le prix trop élevé à payer. L’Etat Français a mis au point une loi HADOPI cherchant à pénaliser les personnes téléchargeant ces oeuvres piratées. Cependant, cette mesure logique reste injuste tant que l’indisponibilité et les prix ne sont pas des problèmes réglés. On a favorisé les compagnies productrices mais par les utilisateurs. Le projet IMAGINE propose de créer une plateforme nationale puis internationale de téléchargement légale et gérée par l’Etat. L’idée est de permettre la rentabilité des oeuvres et non pas l’enrichissement sans limite des sociétés productrices. Le projet IMAGINE propose donc de prendre en compte le coût de production du film, de la série. Le producteur renseigne donc le coût et rend disponible l’oeuvre sur la plateforme. Celui-ci est proposé à un prix relativement faible. Lorsque le coût de production du film est payé, le prix de visionnage est divisé par 2, puis lorsque le film a récupéré le double de son coût, il est accessible à un prix dérisoire (10 centimes). La plateforme permettrait, en l’absence de sous- titres officiels, à des volontaires de proposer des sous-titres. Un système de rétributions permettrait de payer ces personnes (un montant fixe partagé entre les traducteurs selon le nombre de visionnages pour chacun). Ainsi, les créations culturelles du monde entier pourraient être partagées. Un système simple de login/mot de passe permettrait de payer les oeuvres vues en validant chaque jour ou chaque semaine la liste des oeuvres visionnées. Dans le cas d’une contestation, une procédure judiciaire pourrait être menée pour la vérifier.

Le droit de vote des étrangers

Le droit de vote doit être soumis à la nationalité française car pour le projet IMAGINE, voter c’est afficher son choix pour la France et on ne pourrait légitimement décider un choix qui ne nous engage pas sur la durée. Par contre, dans le cadre d’accord entre pays permettant à chaque membre de voter dans le pays où il réside, le droit de vote pourra être accordé sous certaines conditions de durée de séjour mais dans ce cas le français résidant à l’étranger perdrait son droit de vote en France tant qu’il n’y réside pas.

Imposer une réserve d’espace publicitaire spécifique aux associations à but solidaire ou humanitaire

Les vecteurs de communications (affichage, télévision, presse) devront réserver une proportion de l’espace pub vendu qui pourra être utilisé par des campagnes d’associations humanitaires ou solidaires. Par exemple, 5% de l’espace pub vendu durant le mois pourra être utilisé le mois suivant pour cette action.

Former les employés du Pôle emploi dans les ressources humaines de domaine spécifique

Le projet IMAGINE propose de faire des employés du Pôle emploi de vrais spécialistes de l’emploi dans des domaines spécifiques. Ils deviendront des agents dont les compétences seront reconnues par les professionnels, en particulier en rencontrant avec une certaine fréquence les responsables des ressources humaines du domaine concerné dans les grandes entreprises afin de cerner les qualités recherchées et d’être en mesure de leur proposer un profil adapté. Cette relation plus spécifique entre employé, employeur et personnel du Pôle emploi permettra à chacun d’être mieux compris et mieux pris en charge. Chaque responsable pôle emploi ne pourra être responsable de plus de 50 dossiers et idéalement moins afin de fournir un service personnel de qualité.

Show Buttons
Hide Buttons