Donner une liberté à l’Etat pour aider l’économie en fonction des projets

L’État pourra décider de financer les mesures des entreprises privées, sous la forme d’un prêt remboursable dans le cas d’une activité lucrative à fort potentiel ou sous la forme d’une subvention pour les activités jugées importantes pour le bien-être commun. Ces décisions seront prises par le gouvernement et dans le cas d’entreprises dont la gouvernance à des relations politiques, cette décision sera soumise à un vote à l’assemblée. La politique de l’état sous cette forme devra être justifiée et totalement transparente car le coût pèsera sur les citoyens. Ce fonctionnement vient remplacer le système de subvention automatique à l’origine des niches fiscales.

Un placement temporaire géré et garanti par l’Etat

Certaines familles sont aujourd’hui relogées dans des hôtels pour un coût élevé et des conditions de vie difficiles. Cependant, certains logements libres pour une location à long terme pourraient permettre d’héberger temporairement ces familles si un système était mis en place par l’Etat pour gérer au mieux ce système. D’une part la mise en place de la gestion locative par l’Etat, associée aux entrepôts permettant de partager des objets et l’implication des associations peut simplifier et favoriser des solutions plus efficaces et moins coûteuses.

Prendre en compte la préparation

Le statut d’intermittent est censé palier deux spécificités des acteurs du domaine culturel. La précarité des emplois mais aussi le temps de préparation et de travail personnel. Ce dernier point doit être pris en compte dans le salaire horaire payé qui doit correspondre au temps de la prestation mais aussi le temps nécessaire à la réalisation de cette prestation. Par exemple une pièce de théâtre est payée par le ticket d’entrée pour la prestation mais ne prends pas en compte aujourd’hui les répétitions. Il faudra bien responsabiliser chacun sur ce point. Une réflexion sur les quotas d’heures nécessaires aux différentes prestations artistiques devra être menée, en prenant également en compte la motivation de chacun à travailler plus pour fournir un meilleur résultat qui lui doit être pris en compte en partie variable sur le succès auprès du public. Cet aspect spécifique du statut d’intermittent devra donc être encadré afin de ne plus jouer sur un système d’indemnités mais bien prouver que le coût horaire d’un emploi correspond à la prestation et à sa préparation.

Une certaine sévérité avec les personnes irrespectueuses des règles ou des décisions de justice

Avoir des possibilités légales de condamner sévèrement des étrangers en situation illégale qui récidivent dans l’illégalité ou qui commettent des délits. Un système devra être pensé pour ne plus permettre à des personnes de ne pas avoir de considération pour les lois en se pensant intouchables. En particulier un dispositif devra être mis en place pour prendre en charge automatiquement les enfants coupables d’actes illégaux et de parents en situation irrégulière afin de pénaliser sévèrement les parents et de les reconduire à la frontière, sans aucune compensation et en les mettant en statut de première reconduite, ou en les insérant dans des centres de détention pour mineurs. Les personnes ayant été reconduites une fois à la frontière et qui seraient prises à nouveau en situation irrégulière sur le territoire devront être pénalisées par une sanction extrêmement forte.

L’héritage

Chaque enfant semble aujourd’hui penser que les biens acquis par leurs parents leur sont dus, considérant que le bien est le fruit du travail de leur vie. Cependant, au risque de choquer, le projet IMAGINE considère que le prix du bien correspond à son utilisation par le propriétaire et que le droit d’en hériter favorise les inégalités. En effet, une personne aisée aura eu le loisir d’acheter une grande résidence, d’y vivre, ainsi que ses enfants et de bénéficier des autres avantages liés à cette possession. L’héritage, c’est considérer que, cet avantage obtenu par le fruit du travail normalement, devrait naturellement revenir aux héritiers et donc que l’avantage perdure dans le temps, au-delà de la disparition de la personne qui a travaillé pour l’acquérir et davantage au-delà du travail qu’elle a elle-même fournie. Le projet IMAGINE suggère de repenser l’héritage des biens, en particulier immobiliers.

L’attachement personnel des enfants à un lieu familial ou des objets est important et il faut le respecter, davantage que l’envie d’obtenir un avantage financier. Le projet IMAGINE propose donc aux héritiers de disposer de l’utilisation des biens immobiliers, sans payer de frais de succession immédiatement après le décès. Par contre le bien ne peut être vendu ni rapporter de l’argent à ces derniers tant que les frais de succession ne sont pas payés, ils n’en ont que l’usufruit. S’ils ne payent pas à l’Etat de leur vivant l’intégralité des frais, leurs propres héritiers ne pourront en bénéficier. Le principe est donc que chaque personne peut léguer un bien à ses enfants pour son utilisation mais que ce bien n’est pas vendable ou transférable tant que les héritiers n’ont pas payé les frais de succession du bien.

Cette mesure vise à éviter les soucis financiers immédiats qui font suite à la perte de l’être cher. Cependant, une réflexion devra être menée sur le montant des frais de successions. Le projet Imagine suggère qu’ils soient non taxés jusqu’à une certaine limite par enfant et conjoint restant (50 000EUR par exemple) et que le montant restant soit énormément taxé (plus de 75%).

Flexibilité de gestion des employés

Lorsqu’un employé passe d’un emploi de coefficient X à un emploi de coefficient Y, ou Y est supérieur à X, l’employeur dispose de 6 mois d’essais pour tester les compétences de l’individu à ce nouveau poste. Durant ces six mois, il peut à tout moment le rétrograder à l’emploi de coefficient X. Une fois la période d’essai écoulée, l’employeur peut toujours rétrograder une personne au dernier échelon occupé en lui donnant un préavis de 6 mois au cours duquel il peut aussi revenir sur sa décision. Cette possibilité peut permettre à l’employeur de sanctionner une première fois des individus qui se satisfont dans une position sans accorder l’énergie nécessaire au poste. Par contre si la personne est passée du coefficient X à Y puis à Z, elle ne peut plus revenir à X.

Favoriser la présence d’un avocat dans le commissariat

Les commissariats pourront proposer un de leur bureau pour héberger un avocat. Celui-ci sera disponible pour répondre aux questions des citoyens, évaluer les droits des délinquants. Il sera ainsi présent sur place en cas de besoin et aura la possibilité de traiter des affaires privées également. Les services administratifs pourront également lui servir pour prendre rendez- vous…

Réduire les parachutes dorés et les salaires indécents

La prime équivalente versée au Pôle emploi devrait limiter ce phénomène. D’autre part, le salaire des grands patrons devra être séparé en deux parties : une partie fixe liée au coefficient qui pourra être très élevée mais raisonnable et due chaque année et une partie variable correspondant à la réussite de l’entreprise. Cette seconde partie sera redevable si des licenciements économiques ont lieu l’année suivante ou si la société a des problèmes. D’autre part, les entreprises qui ne choisiraient pas d’échelle de salaires équitable et raisonnable seraient sujettes à plus de contraintes vis-à-vis des licenciements.

Show Buttons
Hide Buttons