ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLE 2022

ÊTES-VOUS D'ACCORD POUR DIRE QUE NOTRE SYSTÈME DÉMOCRATIQUE DOIT ÊTRE REPENSÉ ?

Oui ? Alors vous êtes au bon endroit !

Objectifs

L'objectif est d'ouvrir la voie à un nouveau système démocratique qui doit inspirer de nombreux autres pays dans l'avenir et assurer une évolution qualitative de notre société dans les siècles à venir. Un système démocratique qui garantit le pouvoir de décision aux mains du citoyen en continu et dont les outils doivent être accessibles, transparents et dont l'efficacité peut être mesurée.

Pourquoi ce besoin de changer notre démocratie actuelle ?

Une démocratie douteuse

Nous pensons qu'elle est médiocre et que son caractère de « démocratie » peut être aisément remis en cause. La démocratie, c'est « le pouvoir au peuple ». Mais en France, aujourd'hui, le pouvoir au peuple n'est dans les faits respecté qu'aux moments des élections. Ensuite, le pouvoir est aux mains des représentants de la majorité, souvent relative. Ainsi, nous pourrions davantage considérer la France comme une autocratie aux mains des représentants de la majorité relative.

L'étude de l'histoire semble confirmer cela via 2 exemples significatifs : la démocratie athénienne et les première constitution française. Ces deux exemples sont décrit plus bas. Ci-dessous une vidéo qui reprend une partie des points exposés.

Une séparation des pouvoirs bafouée

Une des principes fondateurs de la démocratie est la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Pourtant ces derniers mandats présidentiels, le gouvernement et le président « imposent » leurs projets de loi à l'assemblée, en utilisant parfois 49.3 et le Parlement, qui est de la même majorité, vote ces projets. Dès lors que pouvoirs législatifs et pouvoir exécutif sont liés par le principe de partis politiques, et qu'en plus les 2 pouvoirs sont élus à 2 mois d'intervalles, en faisant peser sur les électeurs la responsabilité de voter de manière cohérente entre les deux pour garantir le programme du Président, il n'y a plus séparation. D'ailleurs le Président n'a pas à avoir de « programme » puisqu'il est le chef de l'exécutif. Il est théoriquement responsable de la mise en place des lois et de la gestion de la France, en aucun cas de décider de la nature des réformes.

La démocratie athénienne

Revenons à l'origine du mot. La démocratie athénienne :

  • disposait de règles offrant une meilleure représentativité aux citoyens et le groupe qui proposait les lois était séparé de celui qui les votait. En outre, plus de 10% des électeurs disposaient d'un pouvoir de vote (juridique ou législatif). Nous sommes aujourd'hui à moins de 0.1%
  • disposait d'un système qui permettait de juger les personnes aux postes les plus importants (magistrature judiciaire, militaire et les bouleutes, équivalent des députés) à la fin de leur mandat sur leur travail.
  • Le corps judiciaire était tiré au sort parmi les citoyens

Répartition des pouvoirs politiques dans l'Athènes démocratique au IVe siècle. Source Wikipédia

La constitution Française de 1793

En France, la constitution de 1791 est davantage de style monarchie parlementaire et donc n'exprime qu'une vision biaisée de la révolution, obligée de trouver des compromis avec la monarchie. La première constitution qualifiable de démocratique est celle de 1793.
Celle-ci proposait : :

  • Des assemblées de représentants (1 pour 200 citoyens minimum par canton) soit 0.5% de représentation.
  • Un conseil exécutif de 24 membres renouvelés fréquemment, rejetant le principe d'un représentant unique qui ne peut « représenter la diversité du peuple français »
  • La possibilité pour les citoyens de convoquer la convention nationale pour changer la constitution
  • Le corps judicaire était élu par les citoyens via les assemblées primaires

Une "démocratie" dégradée au fil des républiques successives

La constitution suivante (1795) continu d'utiliser un groupe de personne pour l'exécutif, le directoire, composé de 5 personnes. Cette organisation est reprise pour la seconde République.

La 3ème république est celle qui va assoir un système centralisé à Paris, créer la fonction de Président et va mettre en place finalement la plupart des mécanismes que l'on trouve dans la 5ème république. Elle est considérée comme stable par rapport à la 1ère et la seconde, peut être en grande partie parce que le pouvoir est conservé par un nombre réduit d'élus, sans se soumettre aux aléas du peuple (la Commune est probablement une remise en question de cette parole « citoyenne » qui ne pouvait plus être entendue). De manière générale, l'ambition démocratique du siècle semble avoir été de plus en plus bafouée.

La représentativité, un concept à revoir

Aujourd'hui la représentativité est organisée au travers de mandats aux larges pouvoirs. Conseil municipaux, départementaux, régionaux ou parlement présentent la même caractéristique : propositions et votes sont dans les mêmes mains. Cette centralisation des pouvoirs n'existe ni dans les premières constitutions Françaises, ni dans la démocratie Athénienne. C'est une erreur majeure. En outre, la « représentation », dans le sens du vote, est davantage une substitution ou quasi une usurpation. En effet, le vote d

e l'élu ne représente pas le vote de ses électeurs, mais c'est son vote individuel qui se substitue à ce qu'aurait voté les citoyens qu'il représente.

Enfin, le flou autour du vote empêche de délimiter si le vote concerne le projet, le candidat, une partie du projet. Le périmètre de cette « représentation » est difficilement interprétable.

La représentativité devrait correspondre à plusieurs concepts distincts :

  • Une fonction de vote « par défaut ». Le représentant vote à la place du citoyen pour limiter le temps passé par les citoyens à agir sur la démocratie. Mais en connaissance du vote de leur représentant, ils peuvent voter aussi par eux-mêmes si ce dernier ne leur convient pas.
  • Une fonction de gestion de projet, pour des missions précises et définies au préalable, par exemple la communication autour d'un projet précis, la gestion courante d'une institution.
  • Une fonction de porte-parole, où la personne doit s'exprimer pour la France ou une institution, en fonction d'axes définis au préalable par le peuple Français, dans le cadre des relations diplomatiques par exemple.
Ces différentes fonctions ne seraient pas attribuées à une même personne mais réparti selon les compétences de chacun. De manière générale, une bonne « représentation » est une représentation sous contrôle continu du peuple et encadrée dans la nature de sa mission par des objectifs clairs.

L'alternance politique, symptôme visible de notre système

Il est indéniable que notre pays a connu fréquemment des alternances politiques. Si le principe de démocratie était respecté, nous pourrions nous interroger sur les raisons de la bascule de la majorité des citoyens. Mais avec le système actuel, la raison principale est en fait la déception ou le rejet engendré par l'exécutif au pouvoir. Ce sentiment est presque inévitable quand on sait que l'exécutif est très lié au législatif et que, par le mode de vote, c'est la majorité relative qui remporte les élections la plupart du temps. Si la démocratie était réelle, les responsables des mauvais choix serait majoritairement le peuple. Il ne pourrait alors que se blâmer lui-même des mauvais choix stratégiques faits de manière continue. L'alternance politique quant à elle, est contreproductive suite à une remise en cause incessante des mesures prises par le parti au pouvoir précédemment ou de directions diamétralement opposées.

Le scrutin majoritaire à deux tours, simple mais illisible et contreproductif

Le mode de scrutin utilisé majoritairement se résume ainsi :

  • Au premier tour je vote pour ma préférence
  • Au second tour je vote pour ma préférence ou le moins mauvais
Au premier tour, un nouveau concept a été créé depuis 2002 : le vote « utile ». Mais qui peut croire que ce qui a été « autoproclamé » vote « utile » par les bénéficiaires de ce propre vote soit réellement un vote utile. Le seul fait d'avoir créé ce concept laisse perplexe quant à la qualité du système de vote. Selon ce principe, les électeurs ne doivent plus indiquer leur désir mais répondre à une pression extérieure les poussant à une stratégie politique davantage. Où est le respect de leur liberté d'expression.

Certains faits historiques méritent d'être étudié. Par exemple le premier tour de la présidentielle 2002. Le vote de « gauche » était majoritaire au premier tour, mais parce qu'éparpillé entre de nombreuses candidatures, seule la droite et l'extrême droite étaient présentes au second tour. Ainsi, un peuple votant majoritairement à gauche (de manière relative) se retrouve avec un président de droite. Le peuple est alors descendu dans la rue pour exprimer son rejet de l'extrême droite. Mais finalement, le problème qui devait être réglé est le problème du mode de scrutin. Ce dernier peut permettre des absurdités, dont les effets sont d'autant plus graves que l'exécutif dispose ensuite de pouvoirs immenses. Il permet aujourd'hui aux représentants de 20% des citoyens de choisir les lignes politiques pour les 80% restants. Forcément il y a des déçus… Et que dire de la non prise en compte du vote blanc, s'il fallait encore des arguments contre ce système politique « démocratique ».

C'est pourquoi le mode de scrutin doit permettre :
  • De s'exprimer sur l'ensemble des candidats
  • Permettre un vote de refus

Le secret du vote citoyen VS la transparence du vote des députés

Un exemple de l'absurdité et de la contradiction du discours qu'on peut nous vendre concerne le secret du vote ou sa transparence. La constitution proclame que le vote est secret. Les raisons évoquées sont pour protéger les citoyens de toute forme de pression sur le vote (sous forme de menace par exemple), la transparence du vote permettant la vérification. Argument peu recevable en l'état car un citoyen ou une infime partie de citoyens ne sont probablement pas en mesure d'infléchir le résultat du vote, et faire pression sur un grand nombre d'individus finira par se savoir. Il y aurait une multiplication de témoignages, et donc, si la loi pénalisait durement un tel procédé, ce serait un risque énorme pour les coupables. En outre, le secret du vote citoyen, de par le nombre important de citoyens, permet de substituer des votes sans que cela se voit.

De l'autre côté, quelques centaines de personnes votent les lois nationalement au parlement, qui s'appliquent ensuite à l'ensemble du peuple français. D'autres élus localement valident des projets financés par le budget de l'État. Ces votes pour le coup sont publics. Il est prétexté que les élus sont responsables de leur vote devant les citoyens. Alors qu'il s'avère difficile de faire pression sur des milliers de citoyens, voir des millions, il est beaucoup plus facile de faire plier une cinquantaine de personne décisive, d'autant plus que, par le système des partis et la pression exercée sur les membres, il suffit de faire pression sur une sous partie des membres influent pour forcer la main des autres membres élus. D'ailleurs, c'est bien là tout le travail des lobbyistes. Encore une preuve de la faille ne notre soi-disant « démocratie ».

En conclusion, notre démocratie n'en est pas une

Elle présente de nombreux défauts graves. Ce qui est intéressant, c'est que l'on se proclame fièrement une démocratie. Et lorsque Monsieur Biden gagne contre Monsieur Trump à quelques points d'écarts, on se félicite que la démocratie ait parlé. Mais il faut bien étudier notre système pour se rendre compte que nous sommes très loin des idées des philosophes qui ont pensé la démocratie. Le pouvoir du vote des lois et des projets doit être dans les mains du peuple, et le peuple, ce n'est pas qu'une sous-représentation, un parti ou un ensemble de partis. Le système démocratique est la base de notre système. S'il est corrompu, le système tout entier est corrompu.

A quoi ressemblerait l'organisation du pouvoir pendant 2 ans ?

En faisant le choix du projet Imagine
Les français votent à la présidentielle de 2022
la mise en place de réflexions sur la réforme démocratique
+
Un ou une président(e)
qui sera
Porte-parole
  • De la France à l'international
  • De l'exécutif et du législatif auprès des Français
  • Du projet de réforme démocratique
Qualités requises : éloquence & diplomatie
Garant(e)
  • Du travail des ministres
  • Du respect de la séparation législatif / exécutif
  • Du respect de la démocratie et de la mise en place de la réforme
  • De consulter le « conseil présidentiel »
  • Qualités requises : Honnêteté & responsabilité
    Les français votent aux LÉGISLATIVES Les français et le conseil présidentiel, via une démocratie liquide, votent dans le cadre d'une élection non officielle
    LES DÉPUTÉS LES MINISTRES
    • Proposent des lois répondant aux problématiques qui leurs sont soumises
    • Sont libre vis-à-vis de l'exécutif
    • Se réfèrent idéalement à un processus de démocratie locale pour le vote
    • Sont responsables de la gestion courante de leur ministère
    • Sont à l'écoute des citoyens dont le domaine professionnel est lié à leur ministère
    • Sont responsables devant le premier ministre
    • Sont appuyés par des chargés de communications porte-parole du ministère.
    Les ministres/députés proposent une liste de personnes au poste de premier ministre

    un vote entre ministres/président/députés désignera
    Le premier ministre
    Sa responsabilité est de faire le lien entre législatifs, ministres et président.

    Pour ce rôle il :
    • Rapporte au président et au parlement l'action du gouvernement
    • Contrôle et appui l'action des ministres
    • Peut arbitrer les sujets interministériels
    • Peut se substituer à un ministre en cas d'empêchement
    • Respecte et fait respecter la séparation législatif / exécutif

    Un président qui porte la voix des Français

    Une contrainte, plus qu'un objectif, est également de désigner, pendant la période de 2 ans, un président qui incarnera la voix des Français et de ce renouveau démocratique. Une personne qui n'est pas là pour gouverner (terme qui nous ramène d'ailleurs d'avantage à la monarchie qu'à la démocratie), mais bien de parler au nom des Français et non en son nom ou celui de son parti. C'est pourquoi l'organisation de la primaire consistera à garantir les qualités nécessaires à ce rôle. N'oubliez pas qu'un des fondements de la démocratie est la séparation des pouvoirs. Désigner un Président séparément des législatives est une garantie de cette séparation.

    Une organisation sous la Vème République respectant la séparation des pouvoirs

    Dans l'attente de la nouvelle constitution, il est déjà important de faire au mieux avec le système dont on dispose. Le premier fondement à respecter est la séparation des pouvoirs. Nous redonnerons à chaque fonction son rôle : Les ministres gèrent la France au quotidien, les députés réfléchissent aux solutions pour la France de demain. Les députés n'ont pas à commenter l'action du gouvernement, le gouvernement n'a pas à imposer des lois au parlement. Chacun se concentrera sur la tâche qui est la sienne. Le président ne sera pas un chef décideur mais la voix de la France et le garant de la qualité du travail des ministres et du parlement.

    Graphique illustrant le fonctionnement préconisé par le projet Imagine avant mise en place de la nouvelle constitution (cliquez pour agrandir).

    CRÉATION D'UNE INSTITUTION RESPONSABLE DE LA RÉFORME DÉMOCRATIQUE

    Ouvrir l'ensemble des possibles

    L'ambition de réformer la démocratie ne pourrait être incarnée par une seule méthode. Passer par une assemblée constituante semble être une méthode légitime pour certains, mais l'intelligence humaine et l'innovation n'est pas réservée à quelques centaines de citoyens Français désignés par une méthode ou une autre. Quand l'ambition est de transformer la base de la société, il faut garder l'esprit ouvert. C'est pourquoi, même si certaines méthodes d'élaboration de projet de constitution démocratique seront financées par l'Etat, toute forme de réflexion sera possible et encouragée. En particulier la participation internationale, les groupes de réflexions citoyens. Elles devront cependant respecter les grands principes : séparation des pouvoirs, pouvoir continu des citoyens, vote multichoix...

    L'institution mettra en place :

    • Une assemblée citoyenne constituante élue par les citoyens
    • Une assemblée citoyenne constituante tirée au sort parmi les volontaires
    • Une assemblée citoyenne jeune de moins de 30 ans composés d'étudiants et de lycéen élus
    • Un groupe d'étude resserré « Projet Imagine »
    • Des groupes d'intellectuels resserrés (nationaux et internationaux)
    • D'autres méthodes à définir

    Elle appuiera les groupes de citoyens par :

    • des Outils numériques de co-construction
    • une Organisation et une logistique pour les initiatives citoyennes (Cafés philosophiques, groupe locaux, espace de débats)
    • Une Communication nationale sur les évènements

    Un délai de 2 ans

    De ces méthodes, plusieurs constitutions seront rédigées et soumises aux citoyens en 2024 dans le cadre d'un référendum multichoix qui proposera également la constitution actuelle.

    Des constitutions pour plus de démocratie

    Les nouvelles constitutions proposées devront respecter au minimum les règles fondamentales démocratiques suivantes :

    • Chaque citoyen doit pouvoir s'exprimer sur les lois directement (s'exprimer ne signifie pas forcément voter). Dans le cas d'une démocratie directe (ou liquide), la constitution peut prévoir que chaque vote soit pondéré (pour prendre en compte la densité d'un territoire par exemple, ou la représentation d'une tranche de personne équitablement)
    • Les élections et les référendums sont multichoix, avec un vote de refus possible de certaines options. Les ou les choix gagnants doivent obligatoirement représenter une approbation minimale cumulée de 50%.
    • Les mandats des représentants sont révocables par les électeurs.
    • Les pouvoirs Législatifs/Exécutifs/Judicaires doivent être indépendants.
    • La future constitution doit être constituée de plusieurs constitutions thématiques, chacune modifiable séparément sous certaines conditions obtenues par référendum citoyen.

    Stratégie et étapes

    La stratégie est de parvenir à proposer le projet à la présidentielle 2022 afin de donner le choix aux citoyens Français d'engager ce changement démocratique qui devrait redessiner l'avenir. Les législatives 2022 serviront à déterminer la politique nationale. Le rôle du Premier Ministre et de son gouvernement sera de gérer la France et non pas de faire pression sur le législatif. Tandis que le Premier Ministre aura le rôle de gérer l'organisation, le Président sera la voix du peuple et garant du bon déroulement de la refonte démocratique. Il démissionnera dès qu'un nouveau projet de démocratie sera validé en référendum multichoix.

    ÉTAPES ENVISAGÉES

    Picture

    Étape 1 : Préparer les Élections législatives 2022

    Objectifs :

    • Profiter des élections départementales et régionales pour recruter
    • Partager et faire connaître le projet aux citoyens "motivés"
    • Valider la pertinence du projet en réunissant des équipes de plus de dix personnes par circonscription
    • Rassembler d'autres acteurs (institution, association)
    • Construire le projet commun législatif et présidentiel
    EN SAVOIR PLUS

    Juin 2021
    Picture

    Étape 2 : Sondage local pour les législatives et contacter les premiers élus

    Objectifs :

    • Aller à la rencontre des citoyens pour leur demander leur avis sur l'initiative et receuillir leur coordonnées
    • Premier contact des équipes locales avec les élus pour la récolte des parrainages sur la base du programme commun (création interface de suivi)
    • Elaboration des outils médias (site internet, flyers...)
    • Finalisation du projet Présidentiel et du mode de désignation du candidat
    EN SAVOIR PLUS

    Juillet-Aout 2021
    Picture

    Etape 3 : Campagne Législative de rentrée

    Objectifs :

    • Première version du volet "commun" du programme législatif
    • Occuper le terrain (Débat, évènement, Média)
    • Intervenir auprès des conseils / conseillers municipaux
    • Annoncer le mode de sélection du candidat à la présidentielle
    • Annoncer le mode de sélection des candidats aux législatives
    • Atteindre 50 promesses de parrainages avant la fin du mois de septembre

    Septembre 2021
    Picture

    Etape 4 : Primaire pour désigner le conseil présidentiel

    Objectifs :

    • Désigner de façon juste un conseil représentatif
    • Sensibiliser les citoyens à la problématique de la représentation et de la démocratie
    • Rassembler un maximum de citoyen
    • Créer une entité décisionnelle pour la campagne
    EN SAVOIR PLUS

    Octobre 2021
    Picture

    Etape 5 : Primaire pour désigner le candidat présidentiel

    Objectifs :

    • Innover avec une primaire originale, sans confrontation mais avec compétition
    • Sensibiliser les citoyens à un mode de vote à choix multiple avec refus (ex : jugement majoritaire)
    • Désigner le candidat ou la candidate la plus consensuelle
    • Impliquer idéalement les élus dans le choix du candidat
    EN SAVOIR PLUS

    Novembre 2021
    Picture

    Etape 6 : Communication double législative / présidentielle

    Objectifs :

    • Faire connaître le candidat présidentiel : communication locale (optimisée nationalement)
    • Faire connaitre le projet présidentiel et législatif
    • Récolte des parrainages : Objectif 250 fin décembre

    Novembre/Décembre 2021
    Picture

    Etape 7 : Désignation des candidats députés

    Objectifs :

    • Identifier les 577 candidats aux législatives via des primaires, élections au tirage au sort ou autre méthode
    • Possibilité 2 candidats par circonscription (un à tendance droite, un à tendance gauche)
    • Désignation des mandataires financiers
    • Récolte des parrainages : Objectif 400 fin janvier
    EN SAVOIR PLUS

    Janvier 2022
    Picture

    Etape 8 : Double campagne Législative / Présidentielle

    Objectifs :

    • Capitaliser sur la présence du candidat présidentiel dans les différents départements pour faire connaître localement les 2 candidatures.
    • Évènements régionaux réunissant les candidats et les membres du mouvement.
    • Récolter les derniers parrainages : Objectif 500 fin février

    Février-Mars 2022
    Picture

    Etape 9 : Présidentielle 2022 : Campagne officielle

    Objectifs :

    • Primaires pour désigner le gouvernement initial
    • Réunions publiques communes Présidentielle / législative
    • Création d'une webTV sur la démocratie et les débats

    Avril 2022
    Picture

    Etape 10 : Législatives 2022

    Objectifs du projet Imagine :

    • Laisser les Français définir les axes politiques principaux des années de transition.
    • Proposer une décentralisation des solutions économiques via des expérimentations
    • Mettre en place des premiers outils démocratiques pour familiariser les citoyens
    • Proposer une réforme temporaire du vote des lois par le parlement pour plus de démocratie et éclairer les choix futurs

    Programme :

    • Un socle programmatique commun à tous les candidats
    • Des propositions spécifiques à chaque candidat/circonscription faisant suite à la campagne de terrain
    EN SAVOIR PLUS

    Juin 2022
    Picture

    Etape 11 : Composition du Gouvernement en cas de victoire

    Objectifs :

    • Faire le choix des ministres en charge de la gestion de la France via un vote
    • Chacun son rôle et ses compétences.
    • Encadrer le rôle de l'exécutif pour respecter le rôle du législatif
    • En finir avec la fonction "communicante" des Ministres, qui sera reportée sur un autre poste.
    EN SAVOIR PLUS

    Juin 2022
    Picture

    Etape 12 : Élaboration des projets de constitutions démocratiques

    Objectifs :

    • Elaboration de plusieurs projets de constitution démocratiques selon plusieurs méthodes en parallèle
    • Débat public continu
    • Un ou plusieurs Référendums citoyens pour valider le choix
    EN SAVOIR PLUS

    2022-2023
    Picture

    Etape 13 : Changement de constitution et de système démocratique

    Objectifs :

    • Mise en place de la nouvelle constitution
    • Dissolution des organes législatifs et exécutifs nationaux.
    • Nouvelles élections selon la nouvelle constitution
    EN SAVOIR PLUS

    2024
    Picture

    Etape 14 : Lancement des refontes des autres thèmes

    Objectifs :

    • Revoir en profondeur les systèmes économiques, judiciaire, éducation, ....
    • S'appuyer sur les nouveaux outils démocratiques
    • Communiquer en Europe et à l'International sur le changement démocratique effectué en France

    Après 2024

    Conseil Présidentiel

    Afin de permettre le rassemblement des sensibilités de manière juste, et respecter l'idée des philosophes des lumières qui dit qu'aucun individu unique ne peut représenter la diversité du peuple français, le projet Imagine propose la création d'un "conseil présidentiel" consultatif et représentant de manière juste, la diversité des citoyens ayant porté la candidature unique. Le rôle de ce conseil est un rôle consultatif au même titre que les citoyens l'ayant consulté. En effet, un système de démocratie liquide permettra au conseil par son vote de "remplacer" le vote des citoyens non votants lors de la consultation. Le conseil assitera et conseillera également le président ou la présidente dans ses actions quotidiennes.

    Constitution

    Nous proposons une représentation 100% juste. Il s'agit de réaliser une élection avec le mode de scrutin à jugement majoritaire (on accorde des mentions aux candidats : à rejeter, passable, satisfaisant, assez bien, bien, très bien, excellent). Le premier sélectionné au conseil est celui recueillant le meilleur résultat. Puis, pour sélectionner le second, on prend les votes des électeurs mal ou non représentés, ayant accordé une mention inférieure au candidat déjà sélectionné (Par exemple si le premier candidat sélectionné avec 65% de mentions bien, cela signifie que 45% de votants lui ont donné une mention inférieure). Nous déterminons alors les candidats parmi ces 45% obtenant les meilleurs mentions (par exemple 3 candidats obtenant la mention « Bien » à 55%, 60% et 62%) puis nous reprenons le même vote avec uniquement ces 3 candidats mais en réintégrant les 55% votants. Le meilleur résultat devient 2ème membre du conseil. Nous continuons ainsi de suite avec les votants n'ayant aucun choix « Bien » dans le conseil jusqu'à représenter 95% de l'ensemble des votants (les 5% restants étant considérés comme des votes de stratégie individuelle et non sincère). Une fois les membres du conseil désignés, il s'agit de leur attribuer leur pondération de vote. Chaque électeur valant 1 vote, nous considérons uniquement sur le bulletin individuel les membres du conseil ayant reçu le meilleur jugement par l'électeur. Pour ceux à égalité (par exemple 3 conseillers ayant reçu « excellent »), le pouvoir de vote de 1 est divisé par le nombre de membre du conseil (1/3 dans le cas précédent). Les points obtenus par chaque vote permettent de pondérer le pouvoir de vote de chaque membre du conseil. Ainsi, au terme d'un tour unique en mode scrutin à jugement majoritaire, nous obtenons un conseil qui correspond, en termes de représentativité, exactement au moins 95% des votants. Il n'y a pas de prime au gagnant.

    Une alternative possible à ce scrutin est un scrutin à points. Chaque électeur disposant de X points et devant les répartir parmi les candidats. L'inconvénient de cette méthode et le nombre plus important de membre du conseil pour représenter 95%.

    Candidat / Primaire

    Le projet étant simple et clair, son périmètre étant encadré, il est important de choisir le ou la candidat(e) le/la plus consensuel(e) pour tenir le rôle de Président(e). L'homme ou la femme qui incarnera le projet ne pourra, en tant que Président(e), imposer son propre projet en parallèle, mais devra se contenter d'un rôle de porte-parole de la France et de garant de la mise en place du projet de refonte démocratique. Il ou elle s'engagera à consulter pour ses décisions importantes l'ensemble des citoyens ayant participer à sa désignation et le conseil présidentiel via un vote sous forme de démocratie liquide (cf Conseil présidentiel). Il/elle s'engagera à démissionner avant fin 2024 pour la mise en place de la nouvelle démocratie.
    Les qualités recherchées ne sont donc pas l'innovation, les idées ou même le management qui seront celles requises pour les députés. Pour le/la Président(e), nous devrons évaluer davantage la transparence, le respect, l'honnêteté, l'éloquence, la rhétorique et la diplomatie.
    Le président devra s'assurer que les ministres restent dans leur rôle exécutif, et que les députés ne prennent que des mesures pour lesquelles ils ont été élus ou des mesures mineures. Dans le cas de projets majeurs non prévus, seul un référendum citoyen pourra valider la loi mais de manière générale, sauf urgence, ces choix majeures devront être repoussées après la mise en place de la nouvelle démocratie.
    Afin d'envoyer un message à la jeunesse, le projet Imagine soutient l'idée d'un candidat ou une candidate de moins de 35 ans, relativement neutre et non associé de manière forte à un parti politique précis.

    Challenger les autres primaires

    Certains partis ou certaines initiatives citoyennes vont mettre en place des primaires. Dans la plupart des cas elles reproduiront les erreurs de l'élection présidentielle : les candidats de ces primaires proposeront leur programme, ils s'opposeront plutôt que se décrire individuellement, le scrutin sera uninominal... Le projet imagine propose, lorsque cela lui sera possible, de candidater également à ces primaires afin de permettre au groupe organisant la primaire de connaître la part de citoyens votant pour leur primaire mais désirant décaler le choix du programme aux législatives et donner davantage une chance à la réforme démocratique.

    En cas de victoire du projet, il sera toujours possible aux autres candidats perdant de la primaire de tenter leur chance à la primaire du conseil présidentiel.

    Le principe d'une primaire

    Pour désigner le candidat, il est d'usage de passe par un processus de sélection que l'on nomme « primaire». Cependant, l'erreur des primaires « passées » était de se servir des élections classiques comme modèle. Or le mode de scrutin et les débats frontaux desservent les candidats et nuisent à la satisfaction des électeurs. L'important n'est pas de savoir qui va critiquer le mieux l'autre, ou de savoir qui a le meilleur programme dans notre cas. L'important est de déterminer lequel possède les qualités nécessaires de porte-parole de la France et pour y parvenir, d'analyser chacun de manière indépendante des autres candidats. Il y aura une comparaison, mais les autres candidats ne perturberont pas la performance de chacun.

    Selon un principe de neutralité, dans aucune des épreuves ni dans le cadre de la communication officiel autour de la primaire, il ne pourra y avoir de comparaisons entre / avec d'autres candidats ou de question sur d'autres candidats. La comparaison devra se faire par les citoyens et il sera demandé aux journalistes d'être aussi neutres que possible afin de laisser à chaque citoyen la liberté de se faire sa propre opinion.

    Parce que la primaire se veut très ouverte, la candidature à cette primaire se veut également très ouverte. Elle s'inspire du processus utilisé lors de la primaire citoyenne laprimaire.org qui s'est déroulée en 2017 et espère compter sur cette même plateforme pour son organisation. Cependant, à la différence de laprimaire.org en 2017, le vote ne concerne pas un programme mais bien uniquement une personnalité.

    Organisation de la primaire

    La candidature

    Tout citoyen, éligible à la position de président, et ayant récolté le parrainage direct de 500 citoyens sera qualifié pour la première phase. Le nombre de candidature sera forcément important, en 2017 laprimaire.org avait fait émerger 16 candidats lors de cette première phase. Avec une primaire ouverte aux candidats de parti, nous pouvons imaginer que le chiffre sera bien au-delà.

    Le filtre citoyen

    Au terme de ce filtre, chaque candidat devra fournir un ensemble d'éléments multimédia permettant de valider définitivement la pertinence de sa candidature. Il s'agit du premier « lot ». Voici un exemple :

    • CV
    • Vidéo en français de présentation de candidature
    • Lettre de candidature sur la manière de voir son rôle de président, dans le respect de la charte
    • Interview vidéo 15/30 minutes face à un ou une journaliste professionnelle neutre et local
    • Interview vidéo 15/30 minutes face à un journaliste étudiant
    • Interview vidéo ou audio 15/30 face à un journaliste étranger)
    • Signature de la charte de candidat
    Une fois les éléments récoltés, chaque candidature sera transmise à un groupe aléatoire d'inscrits sur la plateforme. Ces citoyens devront alors répondre à deux questions. La première: « Cette candidature vous semble être pertinente ? ». A cette phase, le but premier des citoyens n'est pas de juger s'ils apprécient la personne mais si celle-ci à sa place dans la primaire et représente un choix qui mérite d'être proposé. Par contre, la seconde concerne un pré vote (sous la forme d'un vote à jugement majoritaire) qui donnera une première lecture aux candidats

    . Au terme de l'étape, ceux obtenant plus de 50% de réponses positives à la question sur la pertinence (ou les 20 premiers si moins de 20 candidats atteignent ce résultat) sont sélectionnés pour l'étape suivante. 5 candidats seront également tirés au sort parmi ceux n'étant pas sélectionnés pour rejoindre ces derniers.

    Le premier tour « officiel »

    Les candidats restants devront alors réaliser le 2ème lot d'élément de communication et se confronter aux premières épreuves en direct. Ces épreuves sont individuelles. Elles sont pour la plupart des épreuves de communication. Ci-dessous des exemples d'épreuves, la liste finale reste à définir :

    • Vanter la candidature d'un autre candidat
    • Face à face avec des citoyens sur un thème choisi par le candidat
    • Faire un discours sur les vertus du changement de démocratie proposé en anglais
    • Défendre un projet plébiscité théoriquement par les citoyens mais contraire à ses propres croyances face à des étudiants journalistes
    • Interview face à lot commun de journalistes
    • Discours devant un amphithéâtre puis atelier avec une sélection d'étudiants pour travailler sur un point de refonte constitutionnel au choix du candidat
    • Tenter de mettre d'accord deux militants de partis opposés sur un sujet emblématique
    • Discours sur la démocratie devant des lycéens et collégiens et débat.
    Au terme de ces épreuves dont les vidéos seront disponibles sur la plateforme, les citoyens inscrits auront la charge de voter par scrutin par note. Seront conservé pour le second tour les candidats suivants :
    • les vainqueurs V2 et VN du scrutin
    • Les 4 candidats suivants à condition d'avoir obtenu au moins 80% des points du candidat VN ou si aucun ne remplit cette condition, uniquement le suivant dans l'ordre du classement

    Le second tour « officiel »

    Les candidats restants se soumettront de nouveaux à de nouvelles épreuves. Ensuite, les inscrits devront voter une nouvelle fois pendant une semaine selon le même type de scrutin que le premier tour. Sera déclaré vainqueur le candidat vainqueur du second tour uniquement si ce dernier récolte plus de points en valeurs absolue que le candidat du premier tour. Sinon c'est le candidat vainqueur du premier tour qui représentera le projet Imagine à la présidentielle.

    Le scrutin à points

    Les électeurs :

    • Accorde une note de 1 à 10 aux candidats qu'ils apprécient.
    • Indiquent les candidats qu'ils ne veulent pas voir gagner en indiquant « refus ». Nous partons du postulat également que pour éviter un candidat de sa liste rejeté, l'électeur est prêt à changer sa notation sur les candidats pouvant l'emporter.
    • Omettent les candidats qui les indiffèrent
    Pour une élection à un seul gagnant : un candidat qui est moins souvent « noté » que « refusé » ne peut gagner. On calcul pour chaque candidat X le nombre de points totaux obtenus. Le candidat cumulant le plus de points est considéré comme le vainqueur naturel VN.

    Une fois VN connu, pour chaque candidat X, on cumule :
    • les points accordés au candidat X si X et VN sont sur le bulletin,
    • 10 pour tous les bulletins où X est présent mais VN n'est pas présent
    • 10 pour tous ceux où VN est en vote de refus, même si le candidat n'est pas listé.
    Si lors de ce second calcul on trouve au moins un candidat avec plus de points que VN, on choisit alors celui ayant le plus de points, candidat V2 et on répète l'opération précédente uniquement pour le candidat VN :
    • les points accordés au candidat VN si V2 est sur le bulletin,
    • 10 pour tous les bulletins où VN est présent mais V2 n'est pas présent
    • 10 pour tous ceux où V2 est en vote de refus, même si le candidat VN n'est pas listé.
    Si par cette nouvelle méthode VN obtient plus ou autant de points que V2 précédemment, alors VN est élu, sinon c'est V2.

    Un gouvernement recruté par les citoyens

    Le rôle du gouvernement

    Le rôle du gouvernement est d'assurer le pouvoir exécutif. En faisant le choix de ne pas associer au président un programme, cela permet au gouvernement de se concentrer sur sa fonction première : La gestion de la France. Fini les plateaux télés, le temps à défendre les mesures du Premier Ministre ou du président devant le parlement ou le 49.3. Le Premier Ministre ne sera pas là pour exécuter les ordres du président, mais pour s'assurer du bon fonctionnement des services de l'Etat, via les ministères. Chaque ministre étant en charge de son domaine. Le Président contrôlera que le gouvernement respecte son rôle et ses engagements, tout comme le Parlement. Pour travailler de manière optimale ensemble, le gouvernement devra avoir de bons rapports avec le parlement. Pour autant, son rôle n'est pas de soutenir les décisions prises au parlement, mais simplement de les appliquer de la manière la plus efficace possible. Les qualités nécessaires seront donc davantage celles d'un manager, d'un administrateur ou d'un chef de projet que celle d'un communicant. La communication qui semble prendre un temps démesuré chez nos ministres actuels sera attribuée à des responsables de communication spécifiques qui auront le loisir d'informer les citoyens sur le travail des Ministres.

    Le gouvernement de transition

    Afin de choisir les candidats au rôle de ministre, chargé de gérer leur ministère et la France, et non pas de soumettre leurs propres lois, un recrutement national sera initié dès le candidat présidentiel désigné par la primaire. Le système sera semblable à celui pour la primaire, à la différence près que :

    • Des candidats pourront être proposées sans faire acte de candidatures
    • Les documents multimédias seront limités à un CV et des vidéos de présentation à la discrétion du candidat dans le respect de l'esprit du projet.
    • Le corps de citoyens ayant un lien professionnel avec le « sujet » du ministère auront leur vote pondéré à une hauteur minimale de 60% de la note finale.
    Une enquête sera menée auprès des différents corps de métier pour récolter leur avis et leur proposition de candidat. Au terme du premier tour, dans l'ordre du classement pour chaque ministère, il sera demandé à l'intéressé s'il veut occuper la place. Le premier à répondre positivement intégrera le gouvernement de transition.

    Cette élection prendra place avant le premier tour de la Présidentielle 2022.

    Le gouvernement définitif

    Si le projet est sollicité par les Français et remporte la présidentielle, comprenant que certains Français se seraient abstenus lors du choix du gouvernement transitoire, une nouvelle primaire officieuse prendra place afin d'éclairer le choix du gouvernement après les élections législatives.

    Soutenir le projet

    Rejoindre l'équipe

    Laisser nous un email, en indiquant votre code postal ou ville et l'engagement que vous souhaitez prendre ! Nous vous recontacterons très vite !

    Parlez du projet autour de vous

    Le premier combat est celui de la communication. Nous voulons gagner car nous croyons évidemment dans le projet, mais si les citoyens ne connaissent pas ou n'étudient pas notre projet, il n'y a aucune chance qu'ils votent pour lui. En outre, une grande partie de la cible est certainement ceux ayant délaissés la politique et qui ne liront même pas les programmes. Si le projet vous parle, votre plus grande aide est d'en parler à vos proches et aux personnes que vous rencontrez. Partagez également sur vos réseaux sociaux en invitant également vos proches à partager. Le concept même de la candidature est propice à des débats sympathiques.

    Aider à la prospection

    Pour atteindre un cercle de personnes plus large et leur permettre, à leur tour, de diffuser l'information, il est important de sortir du périmètre habituel. Partir à la rencontre des citoyens sur les marchés ou dans le cadre de manifestations culturelle ou sportives s'avère agréable, d'autant plus en petit groupe.

    Tenir les bureaux de vote

    Une des tâches essentielles qui permet le respect du scrutin est de participer à l'organisation des bureaux de votes. Il faut idéalement entre une et deux personnes par "candidat" pour chaque bureau de vote. Cette fonction nécessite d'être disponible tout le dimanche du scrutin.

    Et après ? Réfléchir à la démocratie

    Si vous voulez vous engager pour la démocratie, il existe de nombreuses autres initiatives. Découvrez par exemple l'association Démocratie Ouverte qui étudie et expérimente de nouvelles formes de démocratie

    NOUS CONTACTER* champ obligatoire

    Votre Nom*
    Votre Email*
    Votre Téléphone
    Sujet de votre message*
    Message* (1.000 caractères maximum)